[EUGENE de BEAUHARNAIS (Prince)]. L.A.S....

Lot 21
Aller au lot
200 - 300 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 300 EUR

[EUGENE de BEAUHARNAIS (Prince)]. L.A.S....

[EUGENE de BEAUHARNAIS (Prince)]. L.A.S. du second fils d'Etienne MEJAN (1766-1846, avocat, journaliste et haut fonctionnaire, secrétaire du prince Eugène en Italie de 1805 à 1814), slnd, 2 pp. in-folio : "Attaché à Son A. Le Prince Eugène, en qualité d'aide de camp, le Prince étant à la veille de retourner à Munich où se trouve ma famille, j'ose prier votre Excellence de vouloir bien me conserver en mon activité dans les cadres de l'armée ; et m'accorder la permission de suivre Son Altesse et de demeurer auprès de sa personne, jusqu'au moment où il vous plaira de me rappeler (…)"
Avec une apostille du prince Eugène en haut à droite recommandant son aide de camp, à la Malmaison le 28 mai 1814 : "(…) bon officier dont j'ai toujours été fort content et qui mérite l'avancement qu'il sollicite." Et une apostille signée de Legendre du 8 juin 1814 : "M. Tabarié est prié d'examiner cette demande et de soumettre la réponse à la signature de S.E."
Voulant se faire couronner roi d'Italie, Napoléon désigna son fils adoptif Eugène de Beauharnais comme vice-roi, et lui donna Etienne Méjan pour guide, avec le titre de secrétaire de ses commandements. La mission de ce dernier était plus que délicate et s'apparentait davantage à un rôle de ministre : diriger l'administration d'un peuple dont Méjan ne connaissait pas plus que le prince le caractère et les préventions, et accréditer en même temps le nouveau gouvernement. Il en fut largement récompensé par Napoléon Ier qui le fit comte de l'Empire et du Royaume, conseiller d'État, officier de la Légion d'honneur et commandeur de l'Ordre de la Couronne de Fer, sans mentionner bien entendu des honoraires très considérables.
Surnommé "Gran Promettitore" de par son caractère obligeant et consensuel, les décisions et proclamations du vice-roi (qui lui étaient souvent à juste atribuées) lui valurent de sérieuses menaces contre sa vie après l'insurrection du 20 avril 1814 notamment. Quelques jours plus tard, le vice-roi d'Italie est contraint d'abandonner son trône et va chercher asile en Bavière, dans sa belle-famille. Méjan tenta en vain de faire accepter le prince Eugène comme roi d'Italie par les alliés et dut retourner précipitamment à Paris. Eugène héritera du château de Malmaison à la mort de sa mère Joséphine en mai 1814.
En 1816, le comte Méjan s'installa donc à Munich, auprès d'Eugène de Beauharnais, devenu duc de Leuchtenberg après son mariage avec Augusta, fille de Maximilien Ier. Très attaché à cette famille, il devint gouverneur des enfants du prince puis chambellan du roi de Bavière et resta à Munich jusqu'à la fin de sa vie. Un de ses deux fils périt dans la campagne de Moscou et l'autre (l'auteur de ce document) était aide de camp chef d'escadron en exercice auprès du prince Eugène.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue