Notre Histoire

Bientôt 100 ans, 
Et comme toujours au rendez vous du renouveau !


Depuis 1925, Les trajectoires auront été multiples mais, pour chacune des 4  générations de commissaires-priseurs, toujours singulières. Avec Paris, le Trocadero et Drouot comme point de ralliement puis de déploiement depuis l’origine.
Aujourd’hui devenu un Groupe de Maisons de ventes réunies par un Holding, l’esprit d’origine fait de traditions familiales  fortes et sans cesse en quête d’innovations, souffle plus que jamais sur MILLON. 

Inédit en Europe
Plus de 210 ventes par an dont 50 ventes 0nLine, 11 commissaires-priseurs, 30 experts au rayonnement international, 70 clercs et collaborateurs répartis sur 15 villes de France, de Belgique, de Suisse et d’Espagne et 700 journées d’expertises annuelle permettent d’offrir une variété, un rythme et une chaîne de compétences inédite en Europe. 
Une force : estimer partout au plus près de vous et de vendre là où le Marché l’exige. 
L’innovation technologique et digitale devient même un formidable allié pour augmenter notre offre de Service. 
Le métier des enchères autorise beaucoup d’audaces à condition de ne jamais perdre de vue les deux repères cardinaux : Protéger et garantir le vendeur et acheteur ?. 
Respecter ce credo, c’est  proposer le graal déontologique et commercial : l’objectivité impartiale. 

HISTOIRE D’AUTHENCITE ET D’AUDACE
« Un chèque sur l’avenir »
Début l’Histoire : 1925, année de la grande exposition universelle à Paris mais également date de la fondation au 5, avenue d’Eylau (TROCADERO),  de la Maison mère. L’étude MILLON s’appelait alors ROBERT, du nom du père de l’un des deux fondateurs qui ont joint leur destin professionnel à la fin des années 80. 
Rapidement leader après-guerre et spécialisée dans les ventes dites « d’ateliers », la Maison de ventes permet la diffusion de dizaines de milliers d’œuvres et de centaines d’artistes inconnus alors, célèbres aujourd’hui (Pougny, Tutundjian, Kikoïne, Dunoyer de Segonzac,...). Ces ventes sont devenues une boussole de Marché pour nombre de professionnels car aucune autre Etude ne prenait alors le risque de promouvoir des créateurs sans cote. Catalogues et vernissages à l’appui, à mi-chemin entre le mécénat, le monde marchand et les enchères, cette démarche d’anticipation resta pendant 50 ans résolument inédite comme modèle de développement.  Rares sont de nos jours les ventes d’Art Moderne parisiennes de tous horizons qui ne portent pas au dos de quelques tableaux le cachet de Maître Claude ROBERT, 5avenue d’Eylau. 

Les duetistes du marteau
Parallèlement, se développent les ventes de chevaux, de courses, principalement des Yearlings. C’est l’heure de la rencontre avec Joël-Marie MILLON dont l’aura professionnelle est indissociable de la fonction qu’il occupa 14 ans durant : président de la compagnie des commissaires-priseurs de Paris. C’est lui qui créa tous les organes de direction de l’actuel DROUOT et dirigea parmi  les plus grandes ventes des années 80 et 90 comme la vente record Georges RENAND. 
Une génération séparait J.M. MILLON et Claude ROBERT mais prédominait leur complémentarité et leur vision commune du métier basée sur la confiance accordée aux experts comme partenaires naturels de croissance. 
Une certitude : offrir une authenticité légale, cela suppose de croiser les compétences. Etrangement, tout le monde ne partageait pas cette croyance à l’époque : Experts et Commissaires-priseurs, deux indépendances à vivre ensemble !... pour la sécurité des enchères et de la clientèle devrait on ajouter !
 

Le tournant décisif de 2002
Main dans la main, département après département, la Maison MILLON s’est donc renforcée tout au long des années 90. Déjà, 4 grands piliers attendus chaque saison en catalogues épais: Mobilier classique, Art Moderne, Art Nouveau-Art Deco, Haute-Joaillerie. Une longue tradition de ventes prenait racine et un fichier fidèle s’étoffait...

Vint alors 2002 et la réforme de la profession de Commissaires-priseurs, qui bouleversa le microcosme français des enchères. Fin du Monopole. Fin du numerus closus. Arrivée agressive de la concurrence. Possibilité d’actionnariat purement financier et non diplômé. L’idée même de confraternité s’estompe. Libéralisation des pratiques commerciales liées aux ventes publiques : avances, garanties, ventes dématérialisées, on line….
De Lascaux à Banksy
Moment crucial pour MILLON car la situation nouvelle apporte des énergies nouvelles. Si les deux « Marteaux » JM MILLON et Claude ROBERT, décident de prendre du champ, c’est au tour d’Alexandre MILLON d’entrer en piste. Il prend les rennes de la SVV  (nouveau nom légal donné aux études françaises) et de ses 45 ventes par an pour 12 Millions « d’adjugé » au moment même où il devient le plus jeune marteau de France. Un noyau d’experts continue à y croire, d’autres viennent parfaire l’éventail. François Dutertre au financier, Pelage de Coniac le principal historique et Guillaume de Freslon, si précieux premier clerc forment la garde rapprochée de la nouvelle direction. L’ancrage des traditions et des grands principes de l’entreprise se révèlent être un tremplin  puissant. Les ventes se multiplient à mesure que les départements augmentent en nombre et en qualité jusqu’à embrasser aujourd’hui  tout le champ de l’histoire de l’Art occidental et extra-occidental à travers les siècles. Pour résumer : de Lascaux à Banksy !

L’exclusivité ne se réclame jamais… 
Tout va très vite mais un modèle se dégage et se structure : il sera mis à disposition d’un cabinet d’expert indépendant, un budget et la force logistique d’un département complet. 
Toutes les volontés se concentrent  alors sur un même objectif spécialisé. C’est la clé du succès  et d’un lien de confiance fort avec une clientèle se densifiant. Aujourd’hui, Instagram ou facebook démultiplie encore ce lien. Pour les chefs de département, il est fait confiance aux jeunes qui adhèrent à l’esprit Maison et prouvent leur valeur vente après vente. Dans ces partenariats, Il n’est pas exigé d’exclusivité. Elle se déduit naturellement d’un même désir de performance.

2012 : L'EPICENTRE SE DEPLACE
Un premier plafond de verre éclate:
Bientôt le cap des 100 ventes par an est atteint. 15 départements et  30 collaborateurs gèrent 25 Millions au marteau. Les ventes millionnaires s’enchaînent  à DROUOT-Richelieu et DROUOT Montaigne  dans toutes les spécialités emmenées par l’Art Moderne, le Classique, les Bijoux, l’Art Nouveau, l’archéologie, La photographie et….  la Bande Dessinée
Au virage de la première décennie, le rythme pour un marteau seul devient d’autant plus stakhanoviste que les projets fourmillent. 
Les adresses se multiplient autour du 19, rue de la grange batelière dans le 9ème arrondissement devenu le siège social à quelques mètres de la ruche légendaire « Drouot » 
Mais Drouot ne peut plus être l’unique épicentre de l’activité physique. Les dossiers et colletions viennent désormais de partout en France, des pays limitrophes, des Etats-unis aussi  Il faut créer nos propres lieux de ventes, nos propres bureaux d’expertises, apporter du « sur-mesure aux vendeurs» et offrir une proximité réelles en régions, pas seulement électronique. 
2011 voit la stratégie d’une autonomie physique se  dessiner. 2012, MILLON passe à l’action. 

En un an tout s’accélère : 
Achat d’un Garde-Meuble gigantesque, « le 116 » pour anticiper le développement. Création d’une Maison de ventes Belge, aujourd’hui MILLON Belgique. Développement d’une branche Transport, aujourd’hui MTransports, pour être plus réactifs  non seulement face aux besoins des acheteurs et des vendeurs mais également face aux besoins des départements entre eux répartis entre le 16eme et le 9eme arrondissement.
Création de la Salle VV, face à l’antre Drouot, une salle de 130 m2 où seront programmées en priorité des ventes MIILLON mais aussi louée à l’occasion à d’autres Maisons de ventes pour qui les portes de Drouot restent closes. Dès la première vente, une enchère frôle même le million d’euros. 

Le grand bond en avant 
Les investissements portent leur fruit. Les renforts dans des spécialités de plus en plus précises s’avèrent précieux. 2016-2020, la barre des 40 puis des 50 millions de produit vendu  est franchie grâce à des fonctions-support qui assurent rigueur et rapidité des paiements aux vendeurs, et à l’émergence de nouveaux départements forts, les arts extra-occidentaux avec notamment les arts asiatiques et l’orientalisme, l’art africain et précolombien et même aborigène avec Maître Nathalie Mangeot. L’Art Russe prend même part au concert de nos civilisations ainsi spécialisée. Nous accueillons avec joie Maître Isabelle Boudot de la Motte et ses célèbres ventes d’Histoire Naturelle. A chaque fois, des experts renommés nous rejoignent. A chaque fois des équipes s’aguerrissent, conquièrent des places de marché. 50 collaborateurs s’affairent.

Vers l’autonomie digitale
Il faut par ailleurs conquérir notre autonomie digitale. Avec bien des années d’avance sur ce qui semble à la pointe aujourd’hui, MILLON s’associe avec Maître Lucas Tavel et Maître Cécile Dupuis pour créer ARTPRECIUM, une Maison de vente dédiée aux ventes on line. Succès immédiat. Les ventes s’enchaînent car la pertinence du système et la présence de la maison mère assurent le lien de confiance. Très vite, il faut une nouvelle adresse, le 17 rue de la Grange-Batelière, mitoyen donc du siège de MILLON ce qui facilitera grandement la fusion des deux entreprises en septembre 2019. 

C’est d’ailleurs fort de l’expérience ARTPRECIUM qu’un grand chantier informatique est  lancé depuis 2019, pour permettre de rassembler les progiciels de gestion des différentes Maisons (Belges et Nicoise) et d’automatiser les mises en lignes des ventes On-line notamment sur un site internet flambant neuf permettant la création de comptes clients consultables à distance. Tous nos experts auront également la possibilité d’être encore plus réactifs en étant directement connectés. Livraison : décembre 2021.
Toujours le leit motiv de la proximité ! 

Et pourquoi pas des ventes administrées directement de nos bureaux d’expertises en région ? 
Le confinement du printemps 2020 nous aura appris que le marché est infiniment adaptable, qu’il adore la thématisation jusqu’à même faire triompher des ventes à lot unique ! En 2019 MILLON va jusqu’à créer les  ventes « So Unique », entièrement dématérialisées, live et à Huis clos. Le tout premier lot, un Zao Wu Ki pulvérisa son estimation. 

ANCRAGE et MAILLAGE
L’axe NORD-SUD BRUXELLES-PARIS-NICE

Restait le projet du déploiement hors Paris. Les atouts ne manquaient pas. Les personnalités fortes non plus. Elles furent notre chance. 
Les Maisons d’abord : un axe Nord-Sud !
En Belgique, MILLON fusionna avec Banque Dessinée l’un des 3 leaders européens de la Bande dessinée. Sans coup férir, Arnaud de Partz, son directeur inspiré  et perfectionniste développa les disciplines classiques de la vente publique d’œuvres d’art. Performante et adaptable, son équipe bruxelloise Michaël Deneyer et Thierry pour la BDGoossenselle aussi, sentit qu’il y avait un besoin en Belgique. Il avait vu juste. 
NICE, ensuite. MILLON Riviera, née presque d’un hasard qui finit par associer, une première en France, un Huissier Olivier LEYDET et un commissaire-priseur. Fraîchement nommé, Paul-Antoine VERGEAU vient relever le défi du sud-Est depuis 2019  sabre au clair avec un panache contagieux. On sent le soleil briller à chacune de ses décisions. 

MILLON : 15 Villes, 20 Experts-Régions. 700 Journées d’Expertise. 1 identité commune
On ne décide pas d’une implantation dans une ville au hasard d’un comité de direction. Pas plus qu’une légitimité ne s’obtient dans une région avec quelques publicités éparses.
Un déploiement de bureaux d’expertises et de représentation, c’est d’abord une question de femmes et d’hommes déterminés et compétents. C’est aussi une confiance immense placée entre les mains des déployés par la Maison mère. Ils portent son image, le message de sa rigueur. Et en miroir de cette confiance, les Experts-régions s’appuient sur une logistique performante pour offrir d’estimer et de vendre dans les meilleures conditions. 

Tout faire pour que proximité signifie réactivité
Si une œuvre est détectée à Marseille mais que c’est à Bruxelles qu’il faut vendre pour performer, il n’y aura pas de frais supplémentaire, ni surcoût de transports ou d’assurance. 
En 6 ans, le maillage en région est passé de 500 000 euros et 2000 lots expertisés à 7.000.000  d’euros et 15 000 lots. 
Les noms de nos correspondants, que l’on appellent nos experts-région,  car 
 se diffusent sur les territoires. Leurs qualités sont d’autant plus reconnues que les implantation de bureaux ne sont pas des « effets d’annonce publicitaire » mais… 

… Bel et bien des adresses physiques où accueillir des clients
où expertises d’œuvres d’art, enchères et conférence alternent dans un calendrier culturel local sur lequel les habitants peuvent compter chaque jour. 
Le casting impressionne : 
Madame Camille DUTOT dans les Yvelines et dans le Var, Maître Enora ALIX à Vincennes, à Tours et star dans l’émission « Affaires conclue » sur France 2,  Monsieur Fabien ROBALDO à Bordeaux qui rayonne dans e Sud-Ouest, Maîtres Cecile SIMON et Lucas TAVEL à Marseille, Monsieur Olivier SCHERBERICH en Alsace épaulé par Maître Mayeul de La Hamayde à Troyes pour la région grand-Est,, Maître Georges GAUTIER à Nantes, Madame Virginie VERNIER à Partir de Lyon, Maître Henri ANTON au Touquet et à Montreuil sur mer. 
Millon Belgique  se prolonge également de Bruxelles vers le Luxembourg et Lille où un solide partenariat avec la Galerie Hacker-Prouvost assure une permanence quotidienne.

L’Espagne, Le Maroc, Le Portugal, La Suisse…  et bientôt l’Italie
L’électrisante idée des partenariats complémentaires  et labels Partagés plonge des racines dans le sol helvétique depuis plus de 10 ans avec le cabinet Arts Anciens et les 30 ans d’expérience du sur-vitaminé  Pierre-Yves Gabus. 
Même longévité déjà à Marrackech et Tanger avec les deux ventes annuelles co-animées avec Mazad and Art et son directeur Monsieur Chokri Ben Taouit, référence du marché de l’art maghrébin.
Entre Barcelone et Madrid, Monsieur Ferran Lopes , président des antiquaires espagnols, développe son don d’ubiquité et son flair pour les trouvailles de l’Art Moderne et Asiatique.
Lisbonne connaît déjà quelques beaux succès sous la houlette de madame Annabelle Martins-Jacquemard et l’ouverture en Italie est en projet avancé. 


A dispositif inédit, objectif élevé
Un nouveau credo :
Le mariage franc et harmonieux d’un déploiement à la fois digital et physique autorise de réelles perspectives de développements économiques. 
Si proposer une expertise loyale, c’est voir mais aussi toucher, alors la logique d’investissement en l’Homme déployé et son prolongement numérique nous montrera de nouveaux caps à franchir.

L’ULTIME DEFI INSTITUTIONNEL
Répondre aux enjeux d’une Succession

L’étude - puis la SVV MILLON – a toujours puisé sa stabilité et la sincérité de son sourcing dans son rapport ancien avec les plus grandes fondations, et études notariales. Le notaire, et sa branche Droit de la Famille, est l’allié naturel du commissaire-priseur tout autant que le service legs des associations. De la fluidité de leur entente dépend le respect des délais et des enjeux financiers d’une succession ou d’une tutelle. Là aussi, MILLON réactualise son offre de service.  Maître Mayeul de LA HAMAYDE et Maître Delphine CHEVREUX, épaulés par Me Lucas TAVEL et Maître Cécile DUPUIS  se sont associés dans la Société de commissaires-priseurs judiciares 19 GB - SELARL MILLON-CHEUVREUX-LA HAMAYDE afin de garantir une réactivité sans faille à chaque appel de nos correspondants. 
La nouvelle réforme des professions judiciaires dite « Loi Macron » va même élargir les horizons avec compétences conjuguées des Huissiers. 

 

Bientôt 100 ans… devant nous !