Ecole de Paris
le 13 mai 2020 à 14h00

Tableaux modernes ( 1870-1945)
Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)

Portrait présumé du peintre Mieczyslaw Jakimowicz

Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)
Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)
Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)
Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)
Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)
Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)

Vente terminée

Estimation : 50 000 € - 60 000 €

Adjugé à 48 000 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)

Portrait présumé du peintre Mieczyslaw Jakimowicz

Léopold GOTTLIEB (Drohobycz 1883 - Paris 1934)
Portrait présumé du peintre Mieczyslaw Jakimowicz
Circa 1908
Huile sur toile
100 x 80 cm

Un certificat d’authenticité du cabinet CEBM sera remis à l’acquéreur.

Léopold Gottlieb, auteur de scènes figuratives, de sujets religieux et bibliques, fut avant tout le maître du portrait. Il a peint de saisissantes effigies des représentants de la bohème polonaise et internationale : le critique d’art André Salmon, les sculpteurs Rembrandt Bugatti et Xawery Dunikowski, les peintres Jules Pascin, Diego de Rivera et Wacław Borowski, entre autres.
En 1907, à Cracovie, Léopold Gottlieb a portraituré son beau-frère et confrère, le peintre Mieczysław Jakimowicz avec lequel il a fondé, deux ans plus tôt, le Groupe des cinq. Ce portrait intitulé L’Homme assis sur une chaise. Portrait de Mieczysław Jakimowicz, 1907, se trouve aujourd’hui au Musée national de Varsovie. Aussi bien Gottlieb que Jakimowicz se retrouvent en 1908 à Paris, partageant la même adresse au 3 rue Boissonade à Montparnasse (qui était peut-être même leur atelier). C’est probablement à ce moment-là que Jakimowicz a servi, pour la deuxième fois, de modèle à son beau-frère. Ce portrait s’inscrit dans une série qui se distingue dans l’oeuvre de Gottlieb par une gamme de couleurs très réduite, presque monochrome, composée d’ocres et de terres, mises en valeur par le noir et le blanc. D’autres exemples de cette série sont : l’Autoportrait de 1908 (Musée de l’art de Tel-Aviv), deux portraits de la mère de l’artiste, l’un datant de 1908, l’autre de 1910 (Musée d’Israël à Jérusalem), le Portrait d’homme, vers 1905-1910 (en 2000, dans la collection Wojciech Fibak), enfin le Portrait de Wacław Borowski, vers 1910 (Musée national de Varsovie). Quoique peints, ces tableaux semblent être à mi-chemin entre la peinture et le dessin, dans lequel Gottlieb excellait également, tant le trait est décidé et vigoureux. La pose hiératique et digne du modèle, dont le regard se dirige vers le bas comme s’il dominait le spectateur tout en se distenciant du monde extérieur le rapproche de l’Autoportrait de Gottlieb de 1908 déjà évoqué. L’accent mis sur les mains de la personne portraiturée, ainsi que sa posture prenant appui sur le dossier d’un siège, comme c’est le cas de L’Homme assis sur une chaise du Musée de Varsovie cité ci-dessus - suggèrent encore une fois que le modèle est Mieczysław Jakimowicz.

Dr. Ewa Bobrowska CEBM SAS (Cabinet d’expertises Bobrowska-Mielniczuk)