ART RUSSE
le 29 mai 2019 à 11h00

ART RUSSE

Vente terminée

Estimation : 1 500 € - 2 000 €

Adjugé à 1 600 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

LIETO Alexandre, école française du XIXe siècle.
Vue de la chapelle du tsarévitch Nicolas Alexandrovitch (1843-1865) à Nice.
Huile sur toile d'origine, dans son cadre en bois doré et noirci, orné aux angles supérieurs du monogramme du grand-duc "NA" en cyrillique, le centre était orné de l'aigle impériale de Russie mais a été enlevé, possiblement volontairement après la Révolution de 1917. Le dos est inscrit en français: "Intérieur du monument commémoratif à Nice de S.A.I. le Grand-Duc Nicolas, héritier de Russie".
Signée en bas à gauche Al Lieto. Vers 1865.
H. 33 x L. 28 cm (à vue). H. 51 x L. 45 cm (cadre).

Historique:
Surnommé "Nika", le deuxième enfant et premier fils du tsar Alexandre II était préparé dès sa naissance à endosser le rôle d'Empereur de Toutes les Russies. Pour le familiariser avec son peuple, son père, se souvenant de son propre apprentissage, l’oblige à parcourir la Russie dès l’âge de 18 ans. Ces voyages continuels semblent fatiguer le tsarévitch. Il se plaint de malaises qui déroutent les médecins : selon les uns, il se serait froissé la colonne vertébrale en tombant de cheval, selon les autres, il souffre de rhumatismes. À tout hasard, on lui recommande un traitement de bains de mer à Scheveningue, près de La Haye. Et dans l’espoir d'une rapide guérison, ses parents décident de le fiancer à la princesse Dagmar de Danemark. Mais malgré les médicaments, les ablutions et les massages, les douleurs s’aggravent de jour en jour. Les docteurs l’expédient à Nice, française depuis 1860). Lorsqu’il y arrive en novembre 1863, il est squelettique et peut à peine se mouvoir. Alors seulement, on s’avise qu’il s’agit sans doute de la tuberculose. Nicolas y reste pour se soigner. L’impératrice Marie Alexandrovna s’installe aussi à Nice, villa Bermond. Elle suit avec angoisse les progrès de la maladie de son fils. Dans la nuit du 23 au 24 avril 1865, le tsarévitch succombe à une crise foudroyante de méningite cérébro-spinale. De Nice, son corps est emmené à Villefranche et embarqué à bord de la frégate Alexandre Nevski pour être inhumé dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Saint-Pétersbourg.
Le tsar Alexandre II décide de construire un monument commémoratif à l'endroit où est mort son fils aîné, il achète donc la villa Bermond. Mécontent des projets qui lui sont proposés, Alexandre II demande à David Ivanovitch Grimm, professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Saint-Petersbourg, de faire les plans de la chapelle en s'inspirant de l'église qu'il venait de construire à Kherson. La propriété Bermond est démolie pour construire la chapelle à l'emplacement de la chambre du tsarévitch. La première pierre de la chapelle est posée le 2 mars 1867. L'inauguration de la chapelle a lieu le 25 mars 1868 en présence du nouveau tsarévitch, futur Alexandre III. L'édifice est classé au titre des monuments historiques le 11 août 1987.

ЛЕТО Александр, французская школа XIX века.
Вид на часовню царевича Николая Александровича (1843-1865) в Ницце.
Холст, масло, в позолоченной и почерневшей деревянной раме, украшенной в верхних углах монограммой великого князя «Н» кириллицей.
Подпись слева внизу. Около 1865 года.