Arts d'Orient & Orientalisme
le 3 décembre 2012 à 14h00

ART ORIENTALISTE

Vente terminée

Estimation : 8 000 € - 10 000 €

Adjugé à 6 300 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

HÂFEZ (SHAMS AL-DIN MUHAMMAD)
« DIWÂN » CALLIGRAPHIÉ PAR SOLTÂN ‘ALI AL-MASHHADI
EN 878H.'''=1474 À MASHHAD
Manuscrit poétique de 133 feuillets (265 pages) de quinze lignes par page en très beau « nasta‘liq » noir sur deux colonnes, sur papier brun en réserve sur papier ivoire. Les deux premières pages sont richement enluminées. La première avec un « sarlowh » en tête et, dans un cartouche enluminé, la phrase : « Aydan lahu » (il a encore dit). La deuxième page avec le même sous-titre enluminé.
Les textes des deux pages sont sur nuages à fond doré et enluminure florale.
DEUX MINIATURES du XVIe siècle illustrent le manuscrit aux feuillets 47B et 116B.
Le manuscrit est signé au colophon comme suit :
(Ta)mat min al-diwân bi ‘oune al-malek al-dayane lâ zâlet munawwara bi-anzâr bâb al-kamâl wallâhu hâfizuha ‘an al-ikhtilâl ‘ala yad al ‘abd al-muzneb al-muhtâj ila-l-‘afu ila-l-ahad Soltân ‘Ali al-Mashhadi, ja‘alahu Allâhu mukarraman ‘andi kirâm al-kâtibîn wa khatta qalam al-naskh fi sayahef jarâïmihi ila youm al-dine fi ghuruhu Muharram al-harâm sanata 878 bi Mashhad al-kudsiya al-radawiyah ‘alayhi al-salâm wal tahiya ».
Restaurations et petites déchirures à plusieurs pages, mouillures, déchirures et salissures.
Iran, Mashhad, 1474
Dim. 24 x 14 cm
Soltan ‘Ali Mashhadi, né vers 1437/1438 est l’auteur d’un traité célèbre sur la manière de calligraphier le nasta‘liq. Il fut considéré comme le plus grand parmi les calligraphes timurides. Très actif à la cour de Sultan Hussein Mirza Bayqara à Herat, il retourna à Mashhad après l’invasion de Herat par les Uzbeks. Qadi Ahmad disait de sa calligraphie qu’elle était comme le soleil rayonnant au-dessus des autres planètes. Il mourut à Mashhad en 1520.