TRIBAL ADDICTION
le 8 octobre 2020

PEROU
Parure cultuelle de chef

Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef
Parure cultuelle de chef

Vente terminée

Estimation : 50 000 € - 70 000 €

Adjugé à 56 000 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

Parure cultuelle de chef

Magnifique . Elle présente un personnage réalisé en plusieurs parties distinctes puis assemblées en trois morceaux. Ses jambes potelées sont légèrement fléchies, les ongles de ses pieds puissants agrémentés de nacre. Le ventre est symbolisé par un espace géométrique surmonté d'un large pectoral rehaussé d'incrustations de coquillages avec ornement central circulaire. Ses bras forment un angle droit et se terminent par des mains dessinées avec soin dont les ongles sont également faits de nacre. Il porte des bracelets réalisés avec deux médaillons de cuivre rehaussés d'un bouton central en or. Son beau visage montre une bouche couverte de deux importantes narigueras, l'une d'elles en cuivre et l'autre en or. Cette dernière symbolise probablement le lien privilégié de ce dignitaire avec le dieu soleil qu'il représente. Ses yeux en forme d'accents circonflexes sont incrustés d'or, ce qui lui confère un regard hypnotique et déterminé. Il porte deux importantes tambas fixées sur le lobe de ses oreilles. Sa coiffe dirigée vers le ciel est composée de deux excroissances en arc de cercle entrecoupées d'un plumet en cuivre et or à décor floral en cascade.
Cuivre, or, coquillage.
Mochica I, 100 - 300 après JC.
H : 120 cm

Provenance: collection Julieta Guillot, après succession de son père Alvaro Guillot-Munoz. (cette oeuvre est présente sur le testament et l'inventaire de la collection)

Cette oeuvre peut être classée parmi les rares exemplaires connus à ce jour dans un état de conservation remarquable, n'ayant pas subi de restaurations ou de parties refaites.

Pour un exemplaire similaire: "Cobre Del Antiguo Peru", Jose Antonio De La Valle, Coleccion Apu, n°37, Lima 1998.

Quatre analyses approfondies de cette oeuvre, réalisées par le docteur Carole Fraresso, le docteur Philippe Blanc, les laboratoire LAE, et MSMAP sont à la disposition des futurs acquéreurs.

Histoire de la Collection : dans les années 1935-1938, le professeur Alvaro Guillot-Munoz à l'Université de la Plata, Argentine, établit des relations avec un confrère péruvien de l'Université de Trujillo, Pérou. Tous les deux sont spécialistes de la préhistoire et de l'histoire des premières civilisations. C'est à ce moment là qu'il se passionne pour les cultures de l'Amérique précolombienne et constitue sa collection. Après la guerre, il est nommé consul à Montréal et organise sa première exposition sur l'art précolombien en 1947. En 1950, il est Consul à Bruxelles puis en 1952, attaché culturel à Paris. C'est alors qu'il fréquente un petit cercle d'initiés réunis tous les dimanches autour de Paul Rivet, Directeur du Musée de l'Homme. Il fait venir toute sa collection à Paris, dont ce masque. Seuls ses amis scientifiques, comme le Pr. Rivet ou le Pr. Henri Lehmann, ont droit de regard sur les objets de sa collection. En 1960, il est nommé Ministre plénipotentiaire à Rome et devient membre de l'Institut de Paléontologie italien. Il décède en France en 1971 et lègue à sa fille Julieta par testament établi le 27 septembre 1967 la totalité de sa collection précolombienne. C'est à partir de 1975 que l'archéologue suisse Henri Reichlen (Musée de l'Homme) viendra analyser et aider à l'inventaire de la Collection. L'archéologue allemand Ferdinand Anton participera à l'inventaire de tous les tissus. C'est sur les conseils d'Henri Reichlen que Jacques Kerchache se portera acquéreur de trois pièces pour le futur musée du Quai Branly.