Art Moderne
le 26 juin 2019

Tableaux modernes ( 1870-1945)
Wladimir de TERLIKOWSKI (Poraj 1873 - Paris 1951)

Les Martigues

Wladimir de TERLIKOWSKI (Poraj 1873 - Paris 1951)
Wladimir de TERLIKOWSKI (Poraj 1873 - Paris 1951)

Vente terminée

Estimation 2 000 € - 3 000 €

Adjugé à 2 800 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

Wladimir de TERLIKOWSKI (Poraj 1873 - Paris 1951)

Les Martigues

Wladimir de TERLIKOWSKI (Poraj 1873 - Paris 1951)
Les Martigues
Huile sur toile d'origine
49 x 72 cm
Signé et daté en bas à droite Terlikowski 1922

Nous remercions Monsieur W. Vance Brown II de nous avoir confirmé l'authenticité de cette œuvre.

Wlodzimierz Terlikowski naît en 1873, aux environs de Varsovie, dans une fratrie de treize enfants, turbulent fugueur, mais artiste dans l’âme, sa vocation et son rêve de conquérir la capitale des arts que représente Paris à cette époque, se concrétise à la l’issue d’un voyage de bohème, en 1891 où il s’installe à Montmartre, il exerce tous les métiers du monde et repart en voyage, une sorte de tour du monde de l’Afrique du Nord, l’Allemagne, la Russie, l’Italie, l’Egypte, la Chine et l’Australie, il rentre en 1905 en Europe et reviens à Paris où c’est alors à Montparnasse qu’il s’installe, entre son atelier de la cour de Rohan et les cafés du Dôme et de la Rotonde il rencontre tous les plus grands artistes du moment Modigliani, Soutine, Chagall, Picasso, Vlaminck , il peint beaucoup, vend très bien et dépense encore plus. En 1913 La galerie Bernheim- Jeune lui consacre une exposition rétrospective, une consécration en soi, mais la guerre éclate et le marché de l’art est rudement touché, c’est donc de nouveau la misère pour Terlikowski et sa famille, par chance Madame Georges Leygues se prend d’affection et lui commande plusieurs portraits. Rapidement une idylle se noue avec Jeanne Leygues, seconde fille de Georges Leygues, son mécène. Une vie cosmopolite et mondaine rythmée par les voyages sera désormais son quotidien.
« L’atelier de Terlikowski est un séjour de prestiges et un point de croisements où, venant de toutes les routes, passent et goûtent un moment de surprise et de charme, les personnalités les plus diverses… Vous arriverez là tout à fait innocente et calme, comme dans l’atelier d’un peintre ordinaire, et au bout de peu d’instants vous en savez plus très bien où vous êtes, mais vous vous sentez envahi par une allégresse toute particulière, composée de l’oubli d’où vous êtes venu et du désir de participer aussi au tressaillement qui à la fois agite, maintient debout, et inspire cet artisan de simulacres… » in Arsène Alexandre, Terlikowski peintre de Figures, Paris 1934