POST WAR & ART CONTEMPORAIN
le 12 juin 2019 à 14h00

ART CONTEMPORAIN POST WAR
KRIKI (né en 1965)

Le Concert, 1988

KRIKI (né en 1965)
KRIKI (né en 1965)

Vente terminée

Estimation : 12 000 € - 18 000 €

Adjugé à 15 000 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

KRIKI (né en 1965)

Le Concert, 1988

KRIKI (né en 1965)
Le Concert, 1988
Acrylique sur toile découpée, monogrammée, signée et datée en bas à droite
200 x 200 cm

Provenance :
Galerie Loft , Paris
Galerie Enrico Navarra , Paris
Guy Pieters Gallery , Knokke-le-Zoute

Exposition :
1988, Galerie Loft, Paris
1993, FIAC, Guy Pieters Gallery, Grand Palais, Paris
2009, « 40 ans de Figuratif « Espace Culturel François Mitterand, Perigeux
2018, « Libres Figurations, Années 80, Fond Hélène et Edouard Leclerc, Landerneau

Bibliographie :
1988, catalogue de l’exposition « Découpures », Galerie Loft, Paris
1991, catalogue "Kriki, Peintures / Sculptures", Edition Enrico Navarra, Paris
2007, Monographie Kriki, Snoeck Publishers, Gand
2018, catalogue Libres Figurations, Années 80, Edition Fond Hélène et Edouard Leclerc



Ce tableau historique de l’artiste Kriki illustre parfaitement, en 1988, son avant-gardisme qui nous immerge dans la culture alternative de concerts d’un groupe punk dans une salle survoltée et saturée de figures robotiques. « Le Concert » montre aussi avec son avant-scène graffitée, que Kriki, à cette époque, est le seul artiste français a tagger ses peintures !
Le critique d’art Jean-Luc Chalumeau écrit en préface de la monographie consacrée à Kriki : « Fondateur, des années 80, du groupe électro-punk Les Envahisseurs, Kriki incarne encore la culture punk dans l’art contemporain français. Avec la rue et le métro comme école d’art, il a participé depuis 1984 à l’éclosion de ce que l’on nomme aujourd’hui le Street Art. A l’évidence, Kriki appartient aussi à cette sensibilité générationnelle de la « Figuration libre » dont il contribuera à sa redynamisation ».
Avec ce tableau exceptionnel de 1988, Kriki signe le témoignage vivant d’une peinture aujourd’hui inscrite dans la continuité de l’histoire de l’Art.

« En cette année 1988, avec « Le Concert » je peignais ce que j’avais vécu adolescent dans le milieux alternatif parisien. Je ne me doutais pas que ce tableau aussi intime qu’historique, je le considèrerai aujourd’hui comme un de mes chefs-œuvre. »

KRIKI, Paris, avril 2019