Pierre BONNARD (Fontenay aux Roses 1867 -…

Lot 69
200 000 - 300 000 €

Pierre BONNARD (Fontenay aux Roses 1867 -…

Pierre BONNARD (Fontenay aux Roses 1867 - Le Cannet 1947)
Vernon, l'été - 1930
Huile sur toile d'origine
56,5 x 66 cm
Signé en bas à gauche Bonnard
Porte au dos sur le châssis les anciennes étiquettes: Carnegie Institute Pittsburg Pennsylvania, N°132-30th C.I catalogue " Vernon, Summer by Pierre Bonnard Lent by Messrs Bernheim jeune, ainsi qu'une autre Carnegie Institute Pittsburg .PA. USA Vernon -Eté Bonnard Pierrre Galeries Berheim Jeune 83 Fbg St Honoré
Porte l'ancienne étiquette mentionnant 1936 n° N°265z Bonnard Vernon Eté E.Z
Porte l'inscription à la craie rouge 26578
Porte l'ancienne étiquette partiellement déchirée mentionnant … 8025 P. Bonnard Paysage 57 x 66 1/2 PH 17568
Porte l'ancienne étiquette manuscrite : ce tableau " Vernon l'été" de Pierre Bonnard appartient en toute propriété à mlle Joséphine Masanès - Lucienne Hélène Rabaté
Porte sur la traverse du châssis l'inscription à la craie 17568
Porte sur le châssis l'étiquette de transport et d'emballeur R. Lérondelle pour l'Exposition de Pittsburg 0586

Provenance:
Acquis directement de Bonnard en juin 1931 par Bernheim Jeune
Collection Lucienne Rabaté (acquis chez Bernheim Jeune)
Collection particulière

Exposition:
Carnegie Institute, Pittsburg, Pennsylvania, n° 132

Bibliographie:
Jean et Henry Dauberville, Bonnard catalogue raisonné de l'œuvre peint, tome III, n° 1424, reproduit page 339

Ce tableau peu de temps après avoir été acquis par Bernheim directement dans l’atelier de Bonnard fut cédé à Lucienne Rabaté.

Faut- il rappeler qu’auparavant elle avait mis sur les rails Gabrielle Chanel : « …Etienne (Balsan) fut mis une fois de plus mis à contribution. Bien que le jeu devînt un peu trop sérieux à son goût, il conseilla de s’assurer une aide technique. Il fallait faire vite. Alors s’opéra la rencontre avec une jeune femme de trois ans la cadette de Gabrielle : Lucienne Rabaté. Les personnes consultées avaient toutes été formelles : c’était Lucienne qu’il fallait et personne d’autre. Ce qui permet de croire que cette Lucienne était comme une valeur non cotée mais que suivaient déjà en cette année 1909 les plus fins stratèges de la rue de la Paix. Gabrielle courut chez elle. Il s’agissait de la rallier à sa cause …..Elle accepta la proposition de Gabrielle et profita de son départ de chez Lewis pour débaucher deux des meilleures ouvrières, c’était amplement suffisant pour commencer….. » in Edmonde Charles Roux, l’irrégulière, ou mon itinéraire Chanel, 1974 Grasset.

Lucienne Rabaté tint plus tard le flambeau de cette autre prestigieuse maison de modiste, Caroline Reboux, 9 avenue Matignon « …qui ne connait cette femme à l’intelligence brillante et au talent hors pair… La princesse Bibesco n’a pas craint de l’immortaliser en l’intégrant sans rien y changer dans deux de ses romans « Fabienne » et « Noblesse de robe » c’est tout dire. Sait-on que Lucienne était sculpteur… sans doute faut il y voir là sa façon de travailler pétrissant le chapeau sur la tête même de sa cliente face à la glace … ».in L’officiel Paris n° 417-418 décembre 1956.
Lucienne Rabaté fréquentait la galerie Bernheim jeune en voisine et possédait entre autre, plusieurs œuvres de Bonnard.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
MILLON DROUOT
19 rue Grange-Batelière
75009 Paris
T. +33 (0)1 48 00 99 44
contact@millon.com


MILLON TROCADÉRO
5 avenue d'Eylau
75116 Paris
T. +33 (0)1 47 27 95 34
contact@millon.com