COUPE À FARD IATMUL, MOYEN SEPIK IATMUL PIGMENT...

Lot 7
Aller au lot
20 000 - 30 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 104 000 €

COUPE À FARD IATMUL, MOYEN SEPIK IATMUL PIGMENT...

COUPE À FARD IATMUL, MOYEN SEPIK
IATMUL PIGMENT BOWL
PAPOUASIE-NOUVELLE GUINÉE
Bois à patine brune et brillante, reste de pigments ocre et attache en fibre
Hauteur: 31,5 cm.

$ 23,000-34,000

PROVENANCE
Charles Ratton, Paris, France
Collection Madeleine Meunier, Paris, France, avant 1964

Cet extraordinaire objet d'art se situant au carrefour de l'objet usuel et de la sculpture sacrée illustre de la manière la plus poétique la fascinante créativité de l'imaginaire papou. Cette coupelle à fard, qui devait servir de réceptacle à pigments pour les danseurs ou les sculpteurs, montre un personnage féminin. Le visage oblong est traité d'une manière très frontale, les yeux formés d'un cercle halluciné, le nez aux narines ourlées, le corps formé d'une cupule aux allures de matrice féconde et nourricière. La vulve ostensiblement sculptée semble accentuer la dimension créatrice qui doit primer dans la représentation d'une grande femme ancêtre, cet être féminin fondateur originel. Les membres repliés autour du réceptacle, de par leur projections quasi phalliques semblent exprimer l'ambivalence et la dualité de l'identité sexuelle originelle explorées et revisitées tant par les mythes fondateurs du bassin du moyen Sépik que par la psychanalyse moderne. Les harmonieuses volutes qui ornent le dos de l'objet évoquent d'ailleurs les peintures d'esprits sur panneau de bois circulaires placées à l'entrée des maisons cérémonielles Iatmul.
Cette rarissime sculpture est à comparer avec la splendide coupelle à fard, de moindre dimension (22,5 cm) et plus naturaliste de la collection Friede/Jolika ayant également appartenue à Charles Ratton (cf. New Guinea Art, Masterpieces from the Jolika collection of Marcia and John Friede, Fine Arts Museums of San Francisco, 2005, pp. 232-233 et 236). Le dos de notre spécimen étant plus proche d'une autre coupe à fard, mais cette fois-ci à représentation zoomorphe, provenant de l'ancienne collection Walter Bondy/Arthur Speyer puis encore Charles Ratton. Une deuxième coupe similaire se trouve dans la collection du Metropolitan Museum of Art (#1979.206.1542), collectée dans le village de Yentschenmangua par Max Bohmig entre 1914-1924.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue