André QUELLIER (1925 - 2010) Les oies de... - Lot 184 - Millon

Lot 184
Aller au lot
Estimation :
200 - 300 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 220EUR
André QUELLIER (1925 - 2010) Les oies de... - Lot 184 - Millon
André QUELLIER (1925 - 2010)
Les oies de frère Philippe
Huile sur panneau
65 x 46 cm
Signé en bas à droite Quellier
Titré au dos

Je dois trop au beau sexe; il me fait trop d’honneur
De lire ces récits, si tant est qu’il les lise.
Pourquoi non? c’est assez qu’il condamne en son coeur
Celles qui font quelque sottise.
Ne peut-il pas, sans qu’il le dise,
Rire sous cape de ces tours,
Quelque aventure qu’il y trouve?
S’ils sont faux, ce sont vains discours;
S’ils sont vrais, il les désapprouve.
Irait-il après tout s’alarmer sans raison
Pour un peu de plaisanterie?
Je craindrais bien plutôt que la cajolerie
Ne mît le feu dans la maison.
Chassez les soupirants, belles, souffrez mon livre:
Je réponds de vous corps pour corps.
Mais pourquoi les chasser? Ne saurait-on bien vivre
Qu’on ne s’enferme avec les morts?
Le monde ne vous connaît guères,
S’il croit que les faveurs sont chez vous familières:
Non pas que les heureux amants
Soient ni phénix ni corbeaux blancs;
Aussi ne sont-ce fourmilières.
Ce que mon livre en dit, doit passer pour chansons.
J’ai servi des beautés de toutes les façons:
Qu’ai-je gagné? Très peu de chose;
Rien. Je m’aviserais sur le tard d’être cause
Que la moindre de vous commît le moindre mal!
Contons; mais contons bien; c’est le point principal;
C’est tout: à cela près, censeurs, je vous conseille
De dormir, comme moi, sur l’une et l’autre oreille.
Censurez tant qu’il vous plaira
Méchants vers, et phrases méchantes;
Mais pour bons tours, laissez-les là;
Ce sont choses indifférentes;
Je n’y vois rien de périlleux.
Les mères, les maris, me prendront aux cheveux
Pour dix ou douze contes bleus!
Voyez un peu la belle affaire!
Ce que je n’ai pas fait, mon livre irait le faire?
Beau sexe, vou
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue