André QUELLIER (1925 - 2010) La gageure... - Lot 183 - Millon

Lot 183
Aller au lot
Estimation :
250 - 300 EUR
André QUELLIER (1925 - 2010) La gageure... - Lot 183 - Millon
André QUELLIER (1925 - 2010)
La gageure des trois commeres
Huile sur panneau
81 x 54 cm
Signé en bas à gauche Quellier
Titré au dos
(Abimé)

Après bon vin, trois commères un jour
S’entretenaient de leurs tours et prouesses.
Toutes avaient un ami par amour,
Et deux étaient au logis les maîtresses.
L’une disait: J’ai le roi des maris:
Il n’en est point de meilleur dans Paris.
Sans son congé je vas partout m’ébattre.
Avec ce tronc j’en ferais un plus fin.
Il ne faut pas se lever trop matin
Pour lui prouver que trois et deux font quatre.
– Par mon serment! dit une autre aussitôt,
Si je l’avais, j’en ferais une étrenne;
Car, quant à moi, du plaisir ne me chaut,
A moins qu’il soit mêlé d’un peu de peine.
Votre époux va tout ainsi qu’on le mène:
Le mien n’est tel, j’en rends grâces à Dieu.
Bien saurait prendre et le temps et le lieu,
Qui tromperait à son aise un tel homme.
Pour tout cela ne croyez que je chomme.
Le passe-temps en est d’autant plus doux;
Plus grand en est l’amour des deux parties.
Je ne voudrais contre aucune de vous,
Qui vous vantez d’être si bien loties,
Avoir troqué de galant ni d’époux.
Sur ce débat, la troisième commère
Les mit d’accord; car elle fut d’avis
Qu’Amour se plaît avec les bons maris,
Et veut aussi quelque peine légère.
Ce point vuidé, le propos s’échauffant,
Et d’en conter toutes trois triomphant,
Celle-ci dit: Pourquoi tant de paroles?
Voulez-vous voir qui l’emporte de nous?
Laissons à part les disputes frivoles:
Sur nouveaux frais attrapons nos époux.
Le moins bon tour payera quelque amende.
– Nous le voulons, c’est ce que l’on demande,
Dirent les deux. Il faut faire serment
Que toutes trois, sans nul déguisement,
Rapporterons, l’affaire étant passée,
Le cas au vrai;
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue