André QUELLIER (1925 - 2010) Le remède Huile... - Lot 156 - Millon

Lot 156
Aller au lot
Estimation :
200 - 300 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 180EUR
André QUELLIER (1925 - 2010) Le remède Huile... - Lot 156 - Millon
André QUELLIER (1925 - 2010)
Le remède
Huile sur panneau
55 x 38 cm
Signé en bas à droite Quellier
Titré au dos

Si l'on se plaît à l'image du vrai,
Combien doit-on rechercher le vrai même.
J'en fais souvent dans mes contes l’essai
Et vois toujours que sa force est extrême,
Et qu'il attire à soi tous les esprits:
Non qu’il ne faille en de pareils écrits
Feindre les noms; le reste de l'affaire
Se peut conter sans en rien déguiser;
Mais quant aux noms, il faut au moins les taire;
Et c'est ainsi que je vais en user.

Près du Mans donc, pays de sapience,
Gens pesant l'air , fine fleur de Normand,
Une pucelle eut naguère un amant,
Frais, délicat, et beau par excellence,
Jeune surtout, à peine son menton
S'était vêtu de son premier coton.
La fille était un parti d’importance:
Charmes et dot, aucun point n'y manquait:
Tant et si bien que chacun s'appliquait
A la gagner; tout Le Mans y courait.
Ce fut en vain; car le cœur de la fille
Inclinait trop pour notre jouvenceau:
Les seuls parents, par un esprit manceau,
La destinaient pour une autre famille.
Elle fit tant autour d'eux que l’amant,
Bon gré, mal gré, je ne sais pas comment,
Eut à la fin accès chez sa maîtresse.
Leur indulgence, ou plutôt son adresse,
Peut-être aussi son sang et sa noblesse
Les fit changer, que sais-je quoi ? Tout duit
Aux gens heureux, car aux autres tout nuit.
L'amant le fut: les parents de la belle
Surent priser son mérite et son zèle:
C'était là tout: eh que faut-il encor?
Force comptant; les biens du siècle d’or
Ne sont plus biens, ce n'est qu'une ombre vaine
O temps heureux! Je prévois qu'avec peine
Tu reviendras dans le pays du Maine:
Ton innocence eût secondé l'ardeur
De notre amant, et hâté cette affaire;
Mais des
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue