André QUELLIER (1925 - 2010) Le nicaise... - Lot 152 - Millon

Lot 152
Aller au lot
Estimation :
200 - 300 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 220EUR
André QUELLIER (1925 - 2010) Le nicaise... - Lot 152 - Millon
André QUELLIER (1925 - 2010)
Le nicaise
Huile sur panneau
55 x 38 cm
Signé en bas à droite Quellier
Titré au dos

Un apprenti marchand était,
Qu’avec droit Nicaise on nommait;
Garçon très neuf, hors sa boutique
Et quelque peu d’arithmétique;
Garçon novice dans les tours
Qui se pratiquent en amours.
Bons bourgeois du temps de nos pères
S’avisaient tard d’être bons frères.
Ils n’apprenaient cette leçon
Qu’ayant de la barbe au menton.
Ceux d’aujourd’hui, sans qu’on les flatte,
Ont soin de s’y rendre savants
Aussi tôt que les autres gens.
Le Jouvenceau de vieille date,
Possible un peu moins avancé,
Par les degrés n’avait passé.
Quoi qu’il en soit le pauvre sire
En très beau chemin demeura,
Se trouvant court par celui-là,
C’est par l’esprit que je veux dire.
Une belle pourtant l’aima:
C’était la fille de son maître;
Fille aimable autant qu’on peut l’être,
Et ne tournant autour du pot;
Soit par humeur franche et sincère,
Soit qu’il fût force d’ainsi faire,
Etant tombée aux mains d’un sot.
Quelqu’un de trop de hardiesse
Ira la taxer, et moi non:
Tels procédés ont leur raison.
Lorsque l’on aime une déesse,
Elle fait ces avances-là:
Notre belle savait cela.
Son esprit, ses traits, sa richesse,
Engageaient beaucoup de jeunesse
A sa recherche: heureux serait
Celui d’entre eux qui cueillerait,
En nom d’Hymen, certaine chose
Qu’à meilleur titre elle promit
Au jouvenceau ci-dessus dit.
Certain dieu parfois en dispose,
Amour nommé communément.
Il plut à la belle d’élire
Pour ce point l’apprenti marchand.
Bien est vrai (car il faut tout dire)
Qu’il était très bien fait de corps,
Beau, jeune, et frais: ce sont trésors
Que ne méprise aucune dame,
Tant soit son esp
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue