André QUELLIER (1925 - 2010) Le mulatier...

Lot 149
Aller au lot
Estimation :
200 - 300 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 250EUR

André QUELLIER (1925 - 2010) Le mulatier...

André QUELLIER (1925 - 2010)
Le mulatier
Huile sur panneau
55 x 38 cm
Signé en bas à gauche Quellier
Titré au dos

Un roi lombard (les rois de ce pays
Viennent souvent s’offrir à ma mémoire):
Ce dernier-ci, dont parle en ses écrits
Maître Bocace, auteur de cette histoire,
Portait le nom d’Agiluf en son temps.
Il épousa Teudelingue la Belle,
Veuve du roi dernier mort sans enfants,
Lequel laissa l’Etat sous la tutelle
De celui-ci, prince sage et prudent.
Nulle beauté n’était alors égale
A Teudelingue; et la couche royale
De part et d’autre était assurément
Aussi complète, autant bien assortie
Qu’elle fut onc. Quand Messer Cupidon
En badinant fit choir de son brandon
Chez Agiluf, droit dessus l’écurie:
Sans prendre garde, et sans se soucier
En quel endroit; dont avecque furie
Le feu se prit au coeur d’un muletier.
Ce muletier était homme de mine,
Et démentait en tout son origine,
Bien fait et beau, même ayant du bon sens.
Bien le montra; car, s’étant de la reine
Amouraché, quand il eut quelque temps
Fait ses efforts et mis toute sa peine
Pour se guérir sans pouvoir rien gagner,
Le compagnon fit un tour d’homme habile.
Maître ne sais meilleur pour enseigner
Que Cupidon; l’âme la moins subtile
Sous sa férule apprend plus en un jour
Qu’un maître ès arts en dix ans aux écoles.
Aux plus grossiers, par un chemin bien court,
Il sait montrer les tours et les paroles.
Le présent conte en est un bon témoin.
Notre amoureux, ne songeait, près ni loin,
Dedans l’abord, à jouir de sa mie.
Se déclarer de bouche ou par écrit
N’était pas sûr. Si se mit dans l’esprit,
Mourût ou non, d’en passer son envie,
Puisqu’aussi bien plus vivre ne pouvait;
Et mort pour mort, toujours mieux lui valait,
Auparavant que sor
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue