Serge CHARCHOUNE (Bougourrouslan 1888- Villeneuve Saint Georges 1975)

Lot 27
Aller au lot
Estimation :
6000 - 6500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 7 800EUR
Serge CHARCHOUNE (Bougourrouslan 1888- Villeneuve Saint Georges 1975)
Composition, 1928
Huile sur toile d'origine
14 x 22 cm
Signé et daté au milieu à droite Charchoune 28

Cette œuvre est accompagnée d'un certificat de Monsieur Pierre Guénégan, à la charge de l'acquéreur.
Provenance :
Collection privée de Monsieur B.

Arrivé de sa Russie natale, en 1912 à Paris, Charchoune se réfugie en Espagne le temps de la Première guerre Mondiale, et s’établit définitivement à Paris à partir de 1921. Rapidement il emprunte sa propre route à travers les mouvements Fauviste, Cubiste, Dadaïste, Surréaliste, Puriste et Constructiviste, qui ont rythmés son œuvre et dont sa contribution n’est pas moindre.
Son évolution vers un art informel se situe entre l’abstraction lyrique et la rigueur géométrique, toujours empreint d’une grande poésie et d’un gout prononcé pour la musique.
« Avec une sorte d’obstination presque religieuse, (Charchoune), franchit enfin le pas qui le mène vers la peinture pure, débarrassée de toute allusion. C’est la matière simplement éveillée par une pression, labourée avec une lenteur tranquille et qui porte au regard les sentiments développés dans les partitions musicales données en référence : Beethoven, Brahms, Schumann, Chopin, Debussy. Une musique pour les yeux en somme : grave et d’une beauté qui ne touchera que ceux qui ont l’œil attentif. » Jean-Jacques LEVEQUE in Nouvelles Littéraires, 21 mai 1971.
A travers ses recherches entre les liens qu’unissent la musique et la peinture, Charchoune développe un art purement personnel ou la recherche d’absolu et de pureté des formes et des couleurs est au centre de ses préoccupations.
« Sa peinture est un chuchotement inspiré. Ce chuchotement possède une force de pénétration peu commune : on le perçoit à travers les parois les plus opaques.
Qui l’a perçu ne saurait l’oublier » Philippe Hosiasson

« Charchoune, on me donne sept lignes pour vous définir. J’aimerais mieux cinq mots, je dirais : « Vous avez de la noblesse » et cela devrait suffire pour attirer l’attention des connaisseurs sur ces œuvres cristallines ou chaudes, discrètes, mélodiques, sensibles et intelligentes.
On n’atteint là que pourvu du double don conjugué qu’avec parcimonie dispense le Dieu des Arts : la force et la finesse.
Vous avez de la veine Charchoune. Je souhaite aux amateurs d’avoir celle de m’entendre à temps. »
OZENFANT
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue