Louis MARCOUSSIS (Lodz 1878 - Cusset 1941) et Pierre LEGRAIN (Levallois-Perret 1889 - Paris 1929)

Lot 2
Aller au lot
Estimation :
30000 - 40000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 41 600EUR

Louis MARCOUSSIS (Lodz 1878 - Cusset 1941) et Pierre LEGRAIN (Levallois-Perret 1889 - Paris 1929)

Composition cubiste, plume et encrier


Réalisé en 1921


Huile fixé sous verre


10 x 12 cm à la vue


Monogrammé et daté en haut à droite "LM 1921"


Au revers, étiquette ancienne avec l'annotation manuscrite "Marcoussis" et le numéro "60"



Provenance :


Acquis par Chana Orloff,


Conservé par voie de succession


L’encadrement qui orne Composition cubiste, plume et encrier a été conçu par Pierre Legrain, créateur de cadres d’exception, à qui le peintre confie dès 1919, la fabrication des cadres pour ses fixés sous verre.

 

Ce cadre sera inclus au catalogue raisonné de Pierre-Emile Legrain actuellement en préparation par Monsieur Jacques De Vos.




Issu d’une famille bourgeoise de Varsovie, Louis Marcoussis évolue dans un milieu cultivé. Il s'inscrit d’abord à la faculté de droit pour satisfaire le désir de son père puis abandonne quelques mois plus tard ses études pour laisser place à sa passion : le dessin. Il part à Cracovie et entre à l'Académie des Beaux-Arts sans le soutien de son père. Marcoussis suit les classes de Jan Staniskawski et se lie avec les peintres, poètes et écrivains du groupe « La jeune Pologne » où l'appel de Paris revient souvent dans les conversations. Honoré d'une haute récompense de l'Académie des Beaux-Arts, il part pour la capitale Française.



Louis Markus a vingt-cinq ans lorsqu'il arrive à Paris en 1903. Il s’inscrit d’abord à l’Académie Julian, qu’il quitte ensuite pour étudier de manière autonome au Louvre. En 1910, alors qu'il revient s'installer à Montmartre au 33 boulevard de Clichy il rencontre les poètes et artistes Max Jacob, Guillaume Apollinaire, Paul Eluard, Georges Braque ou encore Juan Gris. Le groupe se retrouve au café de l'Ermitage ou au Cyrano, place Ravignan. Dès 1910, Louis Marcoussis crée des œuvres cubistes. Le Bar du port (1913) réalisé à Banyuls lors de son voyage de noce avec la peintre Alice Halicka et L’homme au violoncelle (1914) sont ses compositions les plus célèbres.


Quand la guerre éclate, Marcoussis décide de s’engager.


Après la guerre, en 1919, il recommence à peindre après cinq ans d’inactivité. Il s’intéresse à une discipline nouvelle : le fixé sous verre. Le verre est une surface qui retient toute son attention et qu’il va travailler pendant près de dix ans. En irradiant les formes, le verre reflète la lumière. La peinture sur verre exige une extrême précision et ne tolère aucune erreur. Pour ce faire, Marcoussis réalise parfois en amont des gouaches préparatoire très poussées. L’artiste porte également un intérêt particulier à la fabrication de ses sous-verres qu’il conçoit comme des œuvres/objets qui ne s’accrochent pas mais se posent.


En 1921, les natures mortes carrées de Louis Marcoussis se rapprochent étroitement de celles de Pablo Picasso.


Réalisé en 1921, Composition cubiste, plume et encrier, apparaît comme une relecture du cubisme synthétique qui autorise une liberté figurative d’une plume ou d’un coupe papier. Structurée de formes géométriques, de lignes verticales et horizontales et de plans successifs, cette composition s’adresse à l’esprit pour être reconstituée. L’artiste emploie des couleurs vives telles que le jaune, le rouge et le bleu.


Dès 1921, Marcoussis anime ses fixés sous verre de stries et de pointillés qui donnent un relief nouveau à la composition. Composition cubiste, plume et encrier dévoile à gauche une surface marquée de stries et en bas à droite une surface bigarrée.


La fondation Barnes conserve dans ses collections deux natures mortes de Louis Marcoussis datant de 1921 et présentant des procédés similaires de stries et de pointillés (Verre et fruits ainsi que Coupe de fruits).

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue