ARAGO (Alfred) - 1815-1892. L.A.S., slnd...

Lot 2
Aller au lot
100 - 150 EUR

ARAGO (Alfred) - 1815-1892. L.A.S., slnd...

ARAGO (Alfred) - 1815-1892. L.A.S., slnd (""Dimanche""), 2 pp. in-8, adressée au peintre Ernest MEISSONNIER (1815-1891) :
""Mon cher Meissonnier, Je porte toujours le deuil d'une amitié qui m'était bien chère […] Puisque nous ne nous voyons plus, il faut bien que je t'écrive. Te souviens-tu que, pendant le Siège, je t'ai prêté une lorgnette un jour que tu avais égaré la tienne ? Je ne saurais te dire à quel point je désire entrer en sa possession. Cette lorgnette, je te l'ai dit, était celle de mon père […]"".
Avec la réponse autographe, non signée, de Meissonnier en bas de la dernière page : ""Mon cher Arago, j'avais servi(?) et oublié ta lorgnette dans un tiroir que je n'ouvre jamais […] Veux-tu me pardonner […]""

Peintre et inspecteur général des Beaux-Arts, Alfred Arago (1815-1892) était l'un des trois fils du grand astronome et homme politique François Arago (1786-1853).

On y joint une L.A.S. du même à Meissonnier, slnd, 1 p. in-8, actant la réconciliation des deux peintres : ""Mon vieil ami, tu es le plus honnête homme que je connaisse. Je pleure de joie en lisant ta lettre […]"".

On y ajoute un ensemble de 3 L.A.S. du poète et dramaturge Emile AUGIER (1820-1889) adressées au peintre Charles Meissonnier (fils d'Ernest), chacune 1 p. in-12 : dans l'une il mentionne un feuilleton et une histoire de location, dans une autre, il confirme la présence d'amis communs, et dans la dernière il propose une loge de théâtre au couple (""petit peintre, veux-tu mettre aux pieds de Mme Meissonnier cette loge pour ce soir ? Nous avons été sifflés le premier jour par la pâle envie des vaudevillistes, mais hier le vrai public s'est livré à des excès de joie que tu partageras si tu m'aimes."") + une L.A.S. du même à une dame (il refuse une invitation).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue