Behjat SADR (1924-2009) Sans titre, 1974...

Lot 87
Aller au lot
80 000 - 100 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 153 403 EUR

Behjat SADR (1924-2009) Sans titre, 1974...

Behjat SADR (1924-2009)
Sans titre, 1974
Huile sur aluminium signé en bas à droite
70 x 100 cm

Provenance :
Galerie Fredéric Lacroix, Paris

Exposition :
-Paris, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, exposition " Iran : les Temps Modernes (1960-2014)", 16 mai - 24 août 2014.
-Rome, MAXXI, Iran Unedited History 1960-2014, 11 décembre 2014 - 29 mars 2015. Cat.exp.reproduit p.33

L'artiste:
Née en 1924, Behjat Sadr est une artiste iranienne qui vécut et travailla entre Téhéran, Rome et Paris, et qui est aujourd’hui considérée comme une des pionnières de l’abstraction iranienne.
S’émancipant de la tradition artistique iranienne, une esthétique caractérisée dans les années 1950 par l’imagerie religieuse, les couleurs vives et les motifs néo-traditionnalistes, et en opposition à un monde de l’art dominé par les artistes masculins, Behjat Sadr pose les bases d’une nouvelle peinture iranienne audacieuse. Ses œuvres monochromes, sombres, réalisées à l’huile à l’aide de larges et vifs mouvements de pinceau ou de couteau sont l’expression directe de ses inspirations, tirées des formes de la nature et de la nouvelle esthétique industrielle de son époque. L’artiste créé un langage visuel entièrement dédié à l’expression pure et l’exposition de la technique.
L’œuvre que nous présentons ici présente les caractéristiques fondamentales de l’œuvre de Sadr : le support en aluminium, recouvert de peinture à l’huile noire, puis gratté dans de larges gestes, fait apparaître une composition cinétique et mouvante.
Behjat Sadr fut l’une des premières femmes à être invitée à participer aux biennales internationales au début des années 1960. Son travail, rare et remarqué, fut célébré en 2006 par le documentaire Le Temps suspendu, de Mitra Farahani, et est visible dans les plus grands musées internationaux.

« Sadr nous enchante dans la qualité continue d’une métaphysique de la matière actualisée depuis Dada, autrement, et avec des propositions spatialo-ensemblistes d’enchantemant visuel, sinon tactile, normalisant cet enchantement aussi éthique qu’esthétique ».
Michel Tapié, in Sadr, Galerie Cyrus, Paris, 1975
 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue