Antiphonaire cistercien à grandes lettrines...

Lot 27
Aller au lot

Antiphonaire cistercien à grandes lettrines...

Antiphonaire cistercien à grandes lettrines France, vers 1150-1170 (fragmentaire) Fragment d'un antiphonaire cistercien, musiqué & enluminé sur parchemin. France, vers 1150-1170 Foliaison: 17 bifeuillets & 4 demi-bifeuillets, soit 38 feuillets de parchemin. Ces feuillets avaient été reliés en désordre à l'époque moderne. Nous avons reconstitué l'ordre des feuillets & des cahiers, malgré les manques. * 1 demi bifeuillet: invitatoire per annum. * 1 bifeuillet: invitatoire per annum, Te Deum. * 1 cahier de 3 bifeuillets: dimanche après l'Épiphanie, 2e, 3e, 4e féries. -1 demi bifeuillet: 5e férie. -un cahier de 4 bifeuillets: 5e férie, 6e férie, samedi (avant la Septuagésime), dimanche de la Septuagésime, samedi avant la Sexagesime, Quinquagésime * 2 cahiers de trois bifeuillets: -1 cahier de 3 bifeuillets: 3e dimanche de Carême, 2e, 3e, 4e, 5e féries, 4e dimanche de Carême, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e féries, samedi, dimanche de la Passion. -1 cahier de 3 bifeuillets et un demi bifeuillet au centre: dimanche de la Passion, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e féries, Ramis palmarum, 2e férie. * 1 bifeuillet et un demi bifeuillet: Samedi Saint, et au verso: Saint Étienne protomartyr. * 2 bifeuillets: saint Jean, saints Innocents Ce fragment contient donc, avec quelques manques: le temporal de l'Épiphanie jusqu'au Samedi Saint, puis le début du sanctoral (de Saint Étienne aux Saints Innocents). Cette disposition (saint Étienne au verso du Samedi Saint) est surprenante. Elle ne peut s'expliquer que par l'existence de deux volumes contenant chacun partie du temporal & partie du sanctoral: * le premier volume (première moitié de l'année liturgique, ou Hiver) contiendrait le temporal depuis l'Avent jusqu'au Samedi saint; puis le sanctoral correspondant (à partir de Saint Étienne, le 26 décembre, qui était le premier saint du sanctoral cistercien). * le second volume (seconde moitié de l'année, ou Été) contiendrait le temporal depuis Pâques jusqu'à la fin de l'année, puis le sanctoral correspondant. Décoration: ce manuscrit se distingue par la variété de ses petites lettrines (voyez ci-après la reproduction d'une page, où apparaissent cinq formes différentes de la même lettre A), et par les deux grandes lettrines I et Q. Ces lettrines sont l'oeuvre d'un grand artiste. La grande lettrine Q est absolûment admirable. Les entrelacs formant la grande lettrine I sont étonnants. Ces lettrines sont typiques de l'art cistercien, que l'on retrouve non seulement dans les manuscrits de Cîteaux (aujourd'hui conservés à Dijon), mais aussi aux quatre coins du monde cistercien. La notation musicale «tend vers le carré». Elle est semée sur quatre lignes (trois vertes & une rouge). Cette notation est française. Nota bene: aux vêpres du samedi avant la Septuagésime, on trouve l'antienne Custodit Dominus et le répons In principio. Or, le chapitre général de Cîteaux avait, en 1174, décidé le remplacement de la première par l'antienne Videntes stellam, et du second par Deus qui sedes. Ceci confirme que notre manuscrit date d'avant cette réforme. Outre son incomplétude, ce manuscrit musical présente quelques défauts: un feuillet est recousu de part en part (anciennement), le quart inférieur de deux feuillets ont été découpé. La teinte verte de la grande lettrine I a peut-être été reprise, mais très anciennement. Localisation: ce manuscrit est incontestablement français, tant par sa notation que par sa décoration. Ceci est confirmée par la présence, en quatre endroits, de «pièces de renfort» datant des XIVe & XVe siècles, écrites en français: * pièce de parchemin (13,5 x 4 cm), sur laquelle est une ligne: « et Gilbert Vachier dud. Tymoux. Et donné le pénultième ». (XVe s.). * pièce de parchemin (13,5 x 4,5), sur laquelle sont 8 lignes: formules finales d'un acte juridique, passé « par nous tenant ledit seel ou par celui qui au temps advenir le » [tiendra]. Le contrevenant risque d'être « prisonnier de sa personne, et a etre mis en prison ». Ces choses sont « actees et passees en la presence de Andrieu Bousele... ». (XVe s.). * pièce de parchemin (12 x 3 cm) sur laquelle est la signature « Guiberteau » (probablement, un seing de notaire). (XVe s.). * pièce de parchemin (14 x 6 cm) sur laquelle sont huit lignes: « sergenz dudit seigneur salut. Nous vous mandons à touz ensemble /// cometons que vous et un chascun de vous religieus hommes l'abbe /// de dou Roy teignez guardez et deffendez en leurs justes possessions ... etc ». Il s'agit d'une lettre de sauvegarde pour l'abbaye. (XIVe s.).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue