Portrait :
Florian DOUCERON

CLERC SPÉCIALISTE DU DÉPARTEMENT ART NOUVEAU / ART DÉCO / DESIGN Mon travail auprès de MILLON est une chance : l’ennui n’y existe pas.

En quelques mots

Diplômé de 3e cycle en Propriété Intellectuelle, j'ai complété cette formation juridique par une Licence en Histoire de l'Art. Passionné par l’Art sous toutes ses formes, j’aiguise quotidiennement mes connaissances théoriques et opérationnelles au sein du département des Arts Décoratifs du XXe siècle. Découverts lors de mes études, j’ai eu un véritable coup de foudre pour une spécialité qui allie la beauté des formes et l’exigence intellectuelle à un but en apparence modeste : faire entrer le beau dans le quotidien. 


Brian Warner a dit un jour que « l’Art doit être un point d’interrogation ». J’y entends que l’Art est un espace infini, à explorer sans relâche et sans avoir à craindre l’absence de réponse. Et c’est en cela que mon travail auprès de MILLON est une chance : l’ennui n’y existe pas.


Les Arts Décoratifs du XX ème ont été la grande découverte de mes études universitaires. J’ai rejoint MILLON fin 2014, suis attaché depuis mon arrivée aux départements ARTS DECORATIFS de 1880 à nos jours. J’y ai été formé aux réalités théoriques et pratiques du marché de l’Art et de cette spécialité. 
Cette inclination a été entretenue avec bienveillance par nos experts, qui sont aussi patients que passionnés pour leurs spécialités. 

Chacune de nos ventes « Arts Décoratifs du XXe », « Europe de l’Art Nouveau » ou « Bestiaire » est ainsi à la fois un apprentissage et un défi face à un Marché qui doit sans cesse se réinventer. Notre politique au sein du département est de valoriser les œuvres par une approche bibliographique et didactique, qui laisse beaucoup de place à l’image comme premier jalon du rapport esthétique à l’objet. Cela nous vaut - je le crois - d’entretenir des rapports de confiance avec nos vendeurs, acheteurs et collectionneurs qui m’ont aidé à comprendre Albert Camus quand il dit dans Le mythe de Sisyphe que « collectionner, c'est être capable de vivre de son passé ».

Je reste à votre disposition autour de ma spécialité et de nos prochaines ventes, qui sont d’ores et déjà en préparation (quand je vous disais que l’ennui n’existe pas chez Millon !)
 

Ses signes distinctifs
  • Bassiste et mordu de musique
  • Adore Pierre Desproges et Emil Cioran
  • Cuisine mieux le mafé que la blanquette