MANUSCRITS & AUTOGRAPHES : collection de Madame V.
le 1er décembre 2022 à 14h00

Manuscrits et vieux papier
CATHERINE II

CATHERINE II
CATHERINE II

Vente terminée

Estimation : 2 000 € - 2 500 €

Adjugé à 5 200 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

CATHERINE II

(1729-1796) Impératrice de Russie. L.A.S., Kazan 30 mai 1767, au comte Ernst von MUNNICH ; 3 pages in-4 ; en français.

Très belle lettre à son ministre à propos de la traduction du roman philosophique Bélisaire de MARMONTEL, qu’elle a beaucoup aimé et entrepris de traduire avec certains de ses courtisant lors d’un voyage sur la Volga. Bien qu’elle n’entende jamais rien aux rapports douaniers, ceux que lui a envoyés le comte étaient très clairs. Tant mieux, car elle lui fait une commande d’ouvrages : évidemment quelques exemplaires de l’Encyclopédie, et « faites acheter le Cabinet d’Histoire Naturelle que le petit BUFFON recommande et faites le transporter à Petersbourg afin qu’à notre arrivé nous le trouvions. Bélisaire nous a plut et nous l’avons traduit en Russe chemin faisant moi douzieme »…. Elle a fait tirer au sort tous les chapitres, qu’elle-même, ainsi que de nombreuses personnes de sa cour, se sont appliqués à les traduire. De la préface au dernier chapitre, elle énumère tous les traducteurs, dont elle fait partie : CHERNICHEW, KOSMIN, le comte Grégoire ORLOF (5e chap.), NARYCHKINE (7e et 8e), « le neuvième est de votre très humble servante avec l’aide de Mr Kosmin », WOLKOW (10e, 11e, 12e), le Général BIBIKOF (13e), le Prince Semeon MESCHERSKI (14e), le comte Wolodimer ORLOF (15e), etc… « tous les chapitres ont été tirés au sort, et la besogne est faite on le lit à présent pour voir si la traduction est exacte et puis nous le ferons imprimer et on mettra à la tête ces mots Traduit sur le Wolga. Il y en a qui trouve a redire a la diversité des stile de douze persone differente, mais je trouve moi que cela meme est une curiosité dans cette singuliere traduction. Jugés après cela si Belisaire nous a plut. Je suis bien aise que les Ministres etrangers soyent content du voyages qu’ils ont fait avec moi » ; mais elle regrette qu’ils n’aient pu l’accompagner jusqu’à Kazan : « S’est bien autre chose que les bicoques qu’ils ont vüe, s’est une grande ville qu’on prend tres bien pour la Capitale d’un grand Royaume »… Elle sera de retour à Moscou entre le 15 et le 20 juin.