ARTS D'ASIE
le 9 juin 2022 à 10h00

ART D'ASIE
CHINE, XVIIIe siècle

Important vase gourde à couverte craquelée de type Guan de l’ère Yongzheng

CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle
CHINE, XVIIIe siècle

Vente terminée

Estimation : 40 000 € - 60 000 €

Adjugé à 64 000 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

CHINE, XVIIIe siècle

Important vase gourde à couverte craquelée de type Guan de l’ère Yongzheng

deux prises prenant la forme de chimères stylisées. Marque Yongzheng en bleu de cobalt sous la base.

Hauteur : 52,5 cm
Largeur : 39 cm
Profondeur : 24 cm

Restauration au col et aux anses, fêle au col.

Provenance : Acquis par l'arrière grand père des actuels propriétaires, Monsieur Fernand Hébert, homme de loi, ayant voyagé en Chine en 1911 et 1920.

Texte de Valentina Bruccoleri

Cette gourde à parois aplaties présente la forme caractéristique de la « gourde de lune » (baoyueping 抱月瓶, parfois écrit 宝月瓶), avec un col étroit relié au corps principal de la pièce par deux anses, en forme de rinceaux, disposées symétriquement. Sur la surface de la partie centrale se démarque un médaillon en léger relief. Le pied est de forme rectangulaire, noirci sur la base, encadrant la marque Da Qing Yongzheng nianzhi 大清雍正年製 (« fait à l’ère Yongzheng des Grands Qing »), peinte en caractères archaïques au bleu de cobalt sous couverte. La couverte de cette pièce présente une couleur verte-bleutée tendant au gris, avec une craquelure couvrant l’ensemble de la surface, qui varie de taille et d’intensité selon les différentes parties de l’objet. L’aspect de cette couverte, rarement utilisée pour les pièces de cette forme, ainsi que celui du pied, appelé « pied de fer » (tiezu 铁足), s’inspirent de près aux céramiques Guan produites sous la dynastie Song, qui étaient parmi les céramiques les plus prisées.
La forme puise son origine dans les gourdes réalisées en métal dans le monde islamique à des époques beaucoup plus anciennes, où elles pouvaient montrer la surface bombée d’un côté et plate de l’autre. Un exemple de ce type est une pièce conservée à la Freer & Sackler Gallery of Art à Washington (Fig. 1a) : il s’agit d’une production syrienne ou irakienne d’époque ayyoubide (1174-1193), mesurant 42,5 cm. Les premières porcelaines chinoises imitant cette forme furent produites au début de la dynastie Ming à l’ère Yongle (1402-1424), comme le montre un exemple en porcelaine bleu et blanc, également conservé à la Freer & Sackler Gallery (Fig. 1b). De nombreuses variantes de la gourde à parois aplaties apparurent sous les règnes suivants ; la présente version est récurrente au XVIIIe siècle, particulièrement à l’ère Yongzheng.
Un rare exemple très proche de cette gourde, présentant les huit trigrammes (bagua 八卦) en relief autour du médaillon central illustrant le taijitu 太极图, est conservé au musée du Palais de Pékin (Fig. 2). Des exemples de la même forme produits à l’ère Yongzheng peuvent présenter différentes techniques décoratives : une pièce semblable, mais avec une couverte de type Ge, a été vendue chez Sotheby’s Hong Kong, le 6 avril 2016 (lot 3017). Une autre œuvre semblable, avec des têtes de ruyi à la place des trigrammes, a été vendue chez Woolley & Wallis le 7 décembre 2020 (lot 121). Deux autres porcelaines avec huit trigrammes, l’une à couverte de type Jun et l’autre à couverte de type Ru ont été vendues chez Bonhams Hong Kong, le 3 décembre 2015 (lot 1 et 7). La même forme pouvait être réalisée également en porcelaine à décor bleu de cobalt sous couverte, comme sur une pièce du musée Idemitsu [Sekai Toji Zenshu / Catalogue of World's Ceramics, Tokyo, 1983, vol. 15, fig. 151]. Enfin, le musée du Palais de Pékin conserve une pièce monochrome jaune avec décor incisé de lotus (故00156831), datée de l’ère Qianlong (1735-1796).
Le XVIIIe siècle en Chine constitue une période d’appréciation de l’art et de la culture des dynasties plus anciennes. Les objets des dynasties précédentes, y compris les céramiques des grands fours de la dynastie des Song, comme celles de Jun et de Guan, suscitaient la profonde admiration de l’empereur Yongzheng. Pendant son règne la production de Jingdezhen, sous la supervision de Tang Ying (1682-1756), fut particulièrement influencée par ces productions historiques. L’empereur avait aussi commandé des portraits qui le représentaient en style du lettré, entouré de rouleaux impériaux, de bronzes ou de céramiques anciennes. Sur une peinture illustrant l’empereur Yongzheng lisant près du feu (Weilu guan shuye 围炉观书页), une bouteille à col droit portant une couverte Guan craquelée apparait dans une des étagères de la bibliothèque sur le fond de la pièce (Fig. 3).
Au croisement de l’héritage des formes des Ming d’origine islamique et la culture céramique traditionnelle de la dynastie des Song, cet objet véhicule le goût raffiné de la cour de Yongzheng et le haut niveau technique des fours de Jingdezhen au cours du XVIIIe siècle.

Fig. 1
Gourde en laiton et incrustations en argent, H. 45,2 cm, Syrie ou Irak, XIIIe siècle, Freer Gallery, Washington, inv. F1941.10 (a) et gourde en porcelaine bleu et blanc, H. 46,9 cm, Jingdezhen, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), F1958.2 (b). Photo : wikicommons.

Fig. 2
Gourde à couverte de type Guan, Jingdezhen, dynastie Qing, règne de Yongzheng (1723-1735), Musée du Palais de Pékin, 故00156683. Photo : base de données du musée, https://digicol.dpm.org.cn.

Fig. 3
Détail de la peinture « Lisant autour du feu », Album des divertissements de Yinzhen (Yinzhen xingle tuce 胤禛行乐图册), Musée du Palais de Pékin. Photo : Qingdai gongting huihua, Nie Chongzheng (dir.), Hong Kong, 1999, p. 110, n. 16.15.

CONDITIONS DE VENTES
Dans le cadre de nos activités de ventes aux enchères, notre maison de ventes est amenée à collecter des données à caractère personnel concernant le vendeur et l’acheteur. Ces derniers disposent dès lors d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition sur leurs données personnelles en s’adressant directement à notre maison de ventes. Notre OVV pourra utiliser ces données à caractère personnel afin de satisfaire à ses obligations légales, et, sauf opposition des personnes concernées, aux fins d’exercice de son activité (notamment, des opérations commerciales et de marketing). Ces données pourront également être communiquées aux autorités compétentes dès lors que la règlementation l’impose.

L'expert