MASTERS - SIECLES CLASSIQUES
le 20 juin 2022 à 17h00

SIECLES CLASSIQUES
Alfred BOUCHER (1850-1934)

Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)
Alfred BOUCHER (1850-1934)

Vente terminée

Estimation 35 000 € - 45 000 €

Adjugé à 35 000 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

Alfred BOUCHER (1850-1934)

Nu féminin assis de dos
Sculpture en marbre blanc de Carrare
H : 56 - L : 40 - P : 29 cm
Signé A BOUCHER sur la terrasse

Provenance
Collection du peintre et graveur Edouard-Jean Dambourgez (1844-1931), qui participa avec Alfred Boucher au Salon de 1880. Liés d'amitié, le marbre que nous présentons a été très probablement offert ou acheté directement par Dambourgez à Boucher et est resté dans la famille de l’actuel propriétaire par descendance jusqu'à nos jours.

Le buste de cette jeune femme nue émergeant d’un bloc de marbre fait écho à la série des nus exaltant le corps féminin, nus titrés Volubilis ou Baigneuses qui firent la renommée d’Alfred Boucher. Dans ces œuvres, exécutées en ronde-bosse ou en haut-relief, l’artiste renoue avec le non-finito de Michel-Ange, cet esthétique de l’inachevé également magnifié par Auguste Rodin, soulignant le jeu des contrastes de la matière pour accentuer le corps féminin gracile émergeant de la rudesse du bloc de marbre. D’inspiration poétique – tel Volubilis par exemple qui émane d’une œuvre de René-François Sully Prud'homme- l’œuvre que nous présentons a également une portée allégorique, offrant un écho à La Philosophie de l’Histoire ou La Vérité nue dans laquelle l’attention est portée au visage et au dos du personnage.
Habile portraitiste, Boucher fut sollicité pour des commandes publiques et privées. Il se plut à mêler monde politique et monde rural. Il participa activement à l’avènement des avant-gardes. Il fut ainsi le premier à déceler le talent de Camille Claudel qu’il recommanda auprès de son ami Auguste Rodin. Il créa également en 1902 La Ruche, pourvue d’une soixantaine d’ateliers, où se retrouvèrent les plus grands artistes tels Modigliani, Soutine, Léger, Chagall, Zadkine.

Bibliographie
Jacques Piette, Alfred Boucher 1850-1934, sculpteur – humaniste, catalogue de l’exposition, Musée Paul Dubois – Alfred Boucher, Nogent-sur-Seine, 2000.
Jacques Piette, Alfred Boucher 1850-1934, L'œuvre sculpté, Catalogue raisonné, Paris, 2014.