Souvenirs historiques décembre 2021
le 13 décembre 2021 à 14h00

Autographes
EINSTEIN (Albert, 1879-1955).

EINSTEIN (Albert, 1879-1955).
EINSTEIN (Albert, 1879-1955).

Vente terminée

Estimation : 7 000 € - 9 000 €

Adjugé à 8 700 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

EINSTEIN (Albert, 1879-1955).

Belle et intéressante lettre autographe signée "A. Einstein" du 27 septembre 1919, 1 p. in-4 adressée à Jean PERRIN (1870-1942, prix Nobel de Physique 1926, sous-secrétaire d’état à la recherche scientifique du gouvernement Blum en 1936, créateur du Palais de la Découverte à Paris, fondateur du C.N.R.S., enterré au Panthéon), en allemand.
Traduction en français :
"Cher Monsieur Perrin !
Quel plaisir pour moi de recevoir de nouveau, après ces longues et mauvaises années, des nouvelles de vous. Je peux vous assurer que, durant cette période, nos voeux les plus chers et nos craintes les plus vives se rejoignaient beaucoup plus que ne pourraient le faire croire les circonstances extérieures. Cependant mes craintes n’ont pas cessé aujourd’hui, car il me semble que, sur n’importe quel champ, l’ivraie peut pousser à côté du bon grain, pour peu que les circonstances soient favorables ; je crois celles-ci plus déterminantes que le terrain. Je serais très heureux que nous puissions nous parler de nouveau. Les belles heures passées avec vous, Langevin et Mme Curie, à Paris et à Bruxelles, sont restées pour moi inoubliables. Peut-être une occasion se présentera-t-elle en Hollande ou en Suisse ; car il est peu probable que je puisse, avec mon pur français de Souabe, me rendre à Paris avant un temps assez long.
Je vous serais très reconnaissant de m’envoyer votre nouveau travail sur le rôle du rayonnement dans les réactions chimiques, dont m’a parlé Pierre Weiss. Je vous envoie quelques travaux de ces dernières années, comme vous l’avez souhaité. Malheureusement, je n’ai plus de tirés à part de ceux que j’aurais le mieux aimé vous envoyer. Les tirés à part annoncés dans votre lettre ne sont pas encore arrivés.
En vous remerciant encore de votre aimable lettre, je vous prie de croire, cher Monsieur, ainsi que Mme Curie et Langevin, à mon très fidèle et cordial souvenir.
Votre vieil
A. Einstein"
Cette lettre fait suite à une lettre de Jean Perrin du 28 août 1919 où ce dernier renoue épistolairement après le black-out de la première guerre mondiale. Une belle amitié liait Einstein à Marie Curie, Paul Langevin et Jean Perrin, après leurs rencontres à Paris en 1913 et à Bruxelles en 1911 et 1913. Albert Einstein s'était rendu célèbre entre temps pour sa théorie de la relativité publiée en 1915 confirmée par l'expérience du scientifique anglais Arthur Eddington en mai 1919 durant l'éclipse de soleil. Il ne put revenir à Paris qu’en 1922 après l’obtention de son prix Nobel de physique en 1921.
Cette missive fut, plus précisément, rédigée cinq jours après avoir reçu la réception par Einstein du télégramme du physicien hollandais Hendrik Anton Lorentz (1853-1928, Prix Nobel 1902) l'informant que l’expédition de Eddington confirmait bien sa théorie de la relativité générale.

Lot expertisé par Mme Elvire Poulain-Marquis (elvirepoulain@gmail.com).