Joaillerie Hiver 2021
le 29 novembre 2021 à 13h00

Haute joaillerie
CARTIER

CARTIER
CARTIER
CARTIER
CARTIER
CARTIER
CARTIER

Vente terminée

Estimation : 20 000 € - 30 000 €

Adjugé à 120 000 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

CARTIER

Bracelet dit "d'esclave" en or gris et jaune 18k (750 millièmes) ou platine (950 millièmes) formant un jonc ovale articulé entièrement recouvert d'émail noir, les extrémités ornées de deux diamants ronds taille ancienne de 2 carats environ chacun, dans un cerclage d'émail et soulignés de filets et lignes de diamants plus petits de taille ancienne et taille rose (quelques accidents à l'émail et petits chocs sur certains diamants). Epoque vers 1925.
Poids brut : 32,8 g. Dim. interne : 5,4 x 3,8 cm
Dans son écrin Cartier.

Le noir et le blanc, la dualité de ces valeurs au sein de la création joaillière dans les années 1925.
Ce bracelet, réalisé par la maison Cartier, illustre cette tendance esthétique émergeante dans les années 1910 qui utilise largement le diamant et le platine pour le blanc et l'onyx ou l'émail pour le noir, contraste, dualité évoquant la symbolique taoïste du Yin et Yang. Ce parti pris esthétique caractérise une grande partie de la création joaillière dite Art Déco qui fleurie à l'exposition Universelle de 1925.
Ce bracelet illustre également que bien que le style géométrique prédomine dans les années 1920/30, la ligne courbe n'est pas entièrement remisée ; Louis Cartier affectionnant particulièrement le cercle, le considérant plus en harmonie avec le corps féminin que les carrés et les rectangles.
Trois cercles donc ici, pour le tour de poignet et les extrémités : variation simple et équilibrée sur le thème circulaire.

Selon la tradition familiale, ce bracelet Cartier a appartenu à Colette Nagelmackers (1912-2007) dite Sylva, danseuse à l’Opera de Paris et petite fille de Georges Nagelmackers, fondateur du célèbre Orient Express.