Souvenirs historiques Juin 2022
le 11 juin 2022 à 11h00

SIECLES CLASSIQUES
Eugène de BEAUHARNAIS (1781-1824)

Couvert et couteau provenant du service d’argenterie du Prince Eugène, vice-roi d’Italie

Eugène de BEAUHARNAIS (1781-1824)
Eugène de BEAUHARNAIS (1781-1824)

Vente terminée

Estimation : 600 € - 800 €

Adjugé à 750 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

Eugène de BEAUHARNAIS (1781-1824)

Couvert et couteau provenant du service d’argenterie du Prince Eugène, vice-roi d’Italie

Comprenant dans le détail :
- Une fourchette de table en argent 1er titre (950 millièmes), modèle piriforme avec filet à épaulement, gravée sur la prise du chiffre « E » sous couronne royale. Poinçon de Jean-Pierre Desjardins (orfèvre spécialisé dans les couverts, 13 rue du Marché-neuf), du 1er coq (Paris, 1798-1809) et de grosse garantie (Paris, 85). L. 21 cm. Poids : 94,0 g.
- Une cuillère à soupe en argent 1er titre (950 millièmes), modèle piriforme avec filet à épaulement, gravée sur la prise du chiffre « E » sous couronne royale. Poinçon de Jean-Pierre Desjardins (orfèvre spécialisé dans les couverts, 13 rue du Marché-neuf), du 1er coq (Paris, 1798-1809) et de grosse garantie (Paris, 85). L. 21 cm. Poids : 85,0 g.
- Un couteau de table se terminant en coquille, en argent 1er titre (950 millièmes) et nacre, gravée au centre du chiffre « E » sous couronne royale dans un cartouche ovale, lame en acier signée Vielweib. Sans poinçon. L. 25,5 cm. Poids brut : 72,0 g.

Historique
D’une grande finesse d’exécution, notre ensemble pour une personne réunit toutes les qualités pratiques d’un service de table pour un usage courant. L’argenterie a été constituée tout au long de l’Empire à Paris auprès de grands orfèvres, puis complétée et agrandie pendant la période munichoise dès 1815 ; devenu duc de Leuchtenberg, le Prince Eugène fît alors appel aux orfèvres attachés à la Cour de Bavière. S’inspirant du service courant de l’Empereur qui avait été dessiné par Biennais, toutes les pièces sont gravées du chiffre « E » stylisé avec élégance, surmonté de la couronne royale que l’on retrouve notamment sur le mobilier de l’Hôtel de Beauharnais.

L'expert