SIECLES CLASSIQUES - Cynégétique, souvenirs historiques & livres
le 25 juin 2019 à 14h00

BIBLIOPHILIE

Estimation : 800 € - 1 200 €

Descriptif

EISENBERG (Baron d'). L'Art de monter à cheval, ou description du manège moderne, dans sa perfection. Expliqué par des leçons nécessaires, & représenté par des figures exactes, depuis l'assiette de l'homme à cheval, jusqu'à l'arrest ; accompagné aussi de divers mords pour bien brider les chevaux. Gravé par B. Picart. Nouvelle édition augmentée d'un Dictionnaire des termes du manège moderne. Amsterdam & Leipzig, Arkstée & Merkus, 1759.
Petit in-folio à l'italienne, titre-frontispice, (4) ff. (dédicace, avertissement, table des matières), 55 planches avec notice explicative sur un feuillet en regard, 4 planches de sept mors avec un feuillet explicatif, 76 pp. (Dictionnaire des termes du manège moderne, à la date de 1747). ½ veau ép., dos lisse. Reliure très usagée, déchirure avec manque en marge inf. du frontispice touchant un peu la gravure, petite déchirure angulaire avec manque au f. de titre, petite déch. Sans manque en marge de la pl. 1, infimes rousseurs par endroits sinon bon état intérieur, bonnes marges.
Sixième et dernière édition, la plus complète, renfermant 59 planches dessinées par le baron d'Eisenberg et gravées par B. Picart. Le Dictionnaire des termes du manège moderne avait été publié et vendu antérieurement (1747) et ensuite joint à la Description du manège moderne et, plus rarement, à l'Anti-Maquignonnage.
Le baron d'Eisenberg, écuyer, hippologue et dessinateur allemand du XVIIIe siècle a laissé peu d'éléments de sa biographie. ""Le peu que l'on sait de sa vie nous est appris par ses ouvrages. Il passa une partie de sa jeunesse à ""monter et manéger"" à la cour de Saxe-Weimar puis il entra au service de l'Empereur. Il fut Grand-Écuyer du comte de Daun, vice-roi de Naples et demeura six ans dans cette ville. Il alla ensuite à Vienne, où il fut l'élève de M. de Regenthal, écuyer du manège impérial, et semble avoir assisté, en 1711, au couronnement de l'Empereur Charles VI à Francfort, car il nous donne le portrait détaillé du cheval que montait le souverain pour cette cérémonie. Il résida plus tard, pendant quelques années, en Angleterre et y publia, en 1727, la première édition de son Manège Moderne qu'il dédia au roi George II (…). Mais il revint ensuite dans les États de l'Empereur, et, en 1753, il était en Toscane, directeur et premier écuyer de l'académie de Pise. Il vivait probablement encore en 1764, année où fut publiée la seconde édition de l'Anti-Maquignonage."" (Mennessier de La Lance, I, 438).