SIECLES CLASSIQUES - Cynégétique, souvenirs historiques & livres
le 25 juin 2019 à 14h00

BIBLIOPHILIE

Vente terminée

Estimation 500 € - 600 €

Adjugé à 450 €

Vous avez un objet similaire ?

Nos experts estiment
vos objets gratuitement chez vous ou en ligne

Descriptif

Lot - Littérature XIXe siècle. - MAUPASSANT (Guy de), L.A.S. ""Guy de Maupassant"", sd, ""14 avenue Victor Hugo"", 1 p. sur papier de deuil à liseré noir :
""Monsieur Dupéroux, je n'ai pas encore reçu mon lit. Je pense que vous y avez joint le couvre-pied en toile ancienne qui va avec les rideaux (…)""

- LAMARTINE (Alphonse de), L.A.S. ""Alph de Lamartine"", Paris, 15 février 1866, 3 pp. in-8 :
""Madame la Comtesse, votre écriture vaut votre physionomie, c'est vous dire le plaisir qu'elle m'a fait. (…) Je serai bien flatté que les restes de ma figure mutilée par le chagrin put occuper une place de tolérance dans votre appartement, mais jamais le soleil n'a voulu être à mes ordres ; la tempête m'a mieux obéi quelque fois. Je vous envoie à la place d'un méchant portrait, un buste délicat et accompli de mon ami le comte d'Orsay. J'ai juré de n'en faire pas d'autres pour mes amis. (…)"" Veuf depuis 3 ans, ruiné, oublié du monde politique, critiqué pour ses œuvres essoufflées, il est contraint de vendre sa propriété de Milly pour s'installer aux frais de l'Empire à Paris dans un chalet du bois de Boulogne.

- DUMAS (Alexandre, fils) : 4 L.A.S. ""A. Dumas fils"" :
3 pp. sur papier à entête du 98 avenue de Villiers, sd : ""Mon cher Monsieur Paul, je reçois une nouvelle lettre de M. Naquet* et une dépêche d'un de ses amis. Faites au mieux pour le Voltaire. (…)"" (*Alfred Naquet publia dans le journal Le Voltaire, une lettre dans laquelle il demandait le soutien de l'écrivain dans sa lutte en faveur du divorce).
2 pp., Paris, 1853, à M. le Colonel Cte Adolphe ??? : ""Monsieur le Comte, j'étais absent hier quand votre aimable lettre est arrivée et ce n'est qu'en revenant à 1 heure du matin de la représentation de l'opéra que je l'ai reçue. (…) Il ne m'a pas été possible de me rendre aux ? De Madame la Comtesse (…) Je suis un peu esclave de mon travail et suis forcé de le recevoir quand il se présente car il ne viendrait peut être pas quand je l'appellerais. Du reste je ne vais pas du tout dans le monde, j'ai une vie très retirée (…)""
1 p., slnd : ""Je ne sais comment vous remercier Monsieur de votre grâcieuse carte. (…)
1 p. sur papier à entête du 98 avenue de Villiers, sd : ""Chère Madame, Joubert qui est absent m'écrit pour me charger de vous ?? Deux mois""

- BERANGER (Pierre Jean de), jolie L.A.S. ""Béranger"", 4 pp. : ""Voilà de bien bonnes étrennes, chère amie, votre portrait si ressemblant que le voyant sans savoir qu'une caisse était arrivée de Paris, je l'ai salué de votre nom au premier coup d'œil (…) Sucre, café, bougies, tout a été bien reçu et surtout les dragées qui sont excellentes (…)"" il rend grâce au dr Bretonneau pour lui permettre de manger du chocolat et pour la bonne santé de sa destinataire. ""(…) vous avez l'oreille dure dites vous et voilà Clémence encore obligée de parler tout bas. Comment vous ferez-vous toutes vos petites confidences ? Et s'il se trouvait là quelque galant, il pourrait lui dire les choses les plus tendres sans que vous vous en doutassiez. Oh ! Si j'avais seulement 20 ans de moins, je profiterais de l'occasion (…)"", il se désole que sa destinataire habite un endroit reculé dans les bois et la charge de remercier Mme Glaize ""qui me donne d'elle un avant-goût délicieux. Elle s'y prend mieux pour cela qu'un de ses compatriotes nommé Fabre (…) qui pour s'acquérir le peu de crédit que j'ai encore, m'a confié un gros paquet de vers"". Il termine par des considérations sur le temps et la Touraine où il vit en ""ermite"".

- LABICHE (Eugène), 2 L.A.S. ""Eugène Labiche"" :
3 pp., sl, 13 avril 1870, sur papier monogrammé à froid : ""Mon cher (nom biffé), je ne serai pas à Paris (…) pour la lecture de votre rapport à la commission. Je viens donc vous prier de ne pas oublier de parler de notre librairie dramatique (…) Maintenant je sais pertinemment que la commission sera attaquée avec une certaine violence au sujet de l'odéon. On reproche à ce théâtre de ne pas exécuter son cahier des charges (…)""
2 pp., Pa