VOLTI (Antoniucci VOLTIGERO dit)

VOLTI (Antoniucci VOLTIGERO dit)

Antoniucci Voltigero nait en Italie en 1915 et y passe ses quatre premières années avant que sa famille ne s’installe en France en 1919, à Villefranche-sur-Mer. Le jeune garçon est admis en 1928 à l’École des Arts Décoratifs de Nice et reçoit à 16 ans une médaille d'or à la Foire de Marseille avec deux bas-reliefs en plâtre patiné. Voltigiero s'inscrit ensuite à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris, dans l'Atelier du sculpteur Jean Boucher, maitre qui lui inspire ses premières réalisations, dont l’une lui vaut le premier second Grand Prix de Rome en 1936.

Mobilisé en mars 1939, le jeune homme n’a que 25 ans quand il est fait prisonnier de guerre et envoyé dans le Stalag VII, à Moos, où il restera emprisonné plus de deux ans. Antoniucci Voltigero dessine alors son quotidien de prisonnier, sans relâche, tout en repensant profondément son rapport à l’art. Tombé malade, il est rapatrié en France en mars 1943 …. pour un répit de courte durée car son atelier parisien de la rue Jean-Ferrandi est détruit lors d’un bombardement.

Contraint de repartir de zéro après ce drame, l’artiste en fait une renaissance, détruisant ce qui reste de son œuvre passée ainsi que ses archives. C’est alors qu’il prend le pseudonyme VOLTI, une abréviation de son patronyme qui en italien signifie – fort à propos – "visages". Et ces visages nouveaux seront plus personnels, éloignés du clarissime de sa formation qu’il a formellement remis en question durant son emprisonnement. Sa sculpture célèbre alors essentiellement les femmes, chez qui il fait cohabiter séduction et maternité dans la volupté des formes et la douceur des modelés.
Pour ce faire, Volti dessine chaque jour d’après des modèles vivants pour nourrir sa sculpture. "Je ne saurais pas dessiner hors de la présence du modèle, mais je sculpte d’après mes dessins. C’est ce qui me permet de fixer mes nus féminins en des poses qui, dans la réalité, seraient difficiles à tenir très longtemps." Cette approche lui permet d’analyser les volumes et de les interpréter dans un style très personnel et synthétique, aux formes lisses et rondes qui renvoie "la sensation d’unité, de plénitude calme."

Réclamé pour de de nombreuses commandes publiques, Volti réalisera plusieurs sculptures monumentales suivant sa vocation à "meubler l’espace". Il fait aussi l’objet de son vivant de plusieurs rétrospectives (comme au Palais des Congrès d’Angers en 1983) et expositions internationales (par exemple au Brésil, à Sao Polo, en 1957).

Décédé en 1989, l’artiste reste un jalon dans l’histoire de la sculpture Française au sein de laquelle il réussit la synthèse entre la figuration classique, la statuaire méditerranéenne et l’expression abstraite contemporaine.