MAYA

MAYA

La civilisation Maya était l'une des sociétés les plus dominantes de la Méso-Amérique. Contrairement à d'autres populations indigènes dispersées en Méso-Amérique, les Mayas étaient concentrés dans un bloc géographique couvrant toute la péninsule du Yucatan et l'actuel Guatemala, le Belize et certaines parties des États mexicains du Tabasco et du Chiapas, ainsi que la partie occidentale du Honduras et du Salvador. Cette concentration montre que les Mayas sont restés relativement à l'abri des invasions d'autres peuples méso-américains.

Les premiers établissements mayas datent d'environ 1800 av. J.-C. C’est la période dite préclassique ou formative. La période préclassique moyenne qui a duré jusqu'à environ 300 avant J.-C. a vu l'essor de la première grande civilisation méso-américaine, les Olmèques. Comme d'autres peuples méso-américains, tels que les Zapotèques, les Teotihuacán et les Aztèques, les Mayas ont tiré des Olmèques un certain nombre de traits religieux et culturels, ainsi que leur système de chiffres et leur célèbre calendrier. Outre l'agriculture, les Mayas préclassiques présentaient également des caractéristiques culturelles plus avancées, comme la construction de pyramides, de villes et de monuments en pierre.

La période classique, qui a commencé vers 250 après J.-C., a été l'âge d'or de l'Empire maya. La civilisation maya classique s'est développée pour atteindre une quarantaine de villes, chaque ville comptait entre 5 000 et 50 000 habitants. À son apogée, la population maya a pu atteindre 2 000 000 ou même 10 000 000 d'habitants. Les fouilles des sites mayas ont mis au jour des places, des palais, des temples et des pyramides, ainsi que des terrains où l'on jouait au célèbre jeu de balle maya, l'ulama, qui revêtent tous une importance rituelle et politique dans la culture maya.
Les Mayas étaient très religieux et adoraient divers dieux liés à la nature, notamment les dieux du soleil, de la lune, de la pluie et du maïs. Au sommet de la société maya se trouvaient les rois (seigneurs sacrés) qui prétendaient être liés aux dieux et suivaient une succession héréditaire. On pensait qu'ils servaient de médiateurs entre les dieux et les gens sur terre et ils accomplissaient les cérémonies et les rituels religieux élaborés importants pour la culture maya. L'art des anciens Mayas était principalement ancré dans leurs croyances religieuses. Des peintures murales représentant leurs multiples dieux et leur mythologie étaient utilisées pour décorer l'intérieur et l'extérieur des temples.
Les espaces cérémoniels étaient ornés de symboles liés à divers rituels. Les villes et les villages étaient ornés de statues de divinités diverses. Même les Mayas ordinaires remplissaient leurs maisons d'œuvres d'art religieuses. L'art dépeignait divers événements de l'histoire des Mayas, qu'ils jugeaient nécessaire d'enregistrer. Les événements cosmiques tels que les éclipses et leur explication étaient enregistrés par l'art. Les diagrammes détaillés des rituels étaient courants, combinant mythologie et réalité. Les Mayas utilisaient beaucoup de symbolisme et d'iconographie religieuse dans leurs œuvres d'art ; les serpents étaient un symbole récurant chez les Mayas, associés aux cycles de création et de destruction reliant ainsi la terre et le royaume des esprits. Le jaguar était un symbole de force et de bravoure, les aigles étaient des êtres divins car ils pouvaient pénétrer dans les cieux.
Les Mayas étaient des graveurs experts. Ils gravaient des motifs, des figures et des hiéroglyphes complexes dans divers matériaux tels que le calcaire, le bois et même des pierres précieuses comme le jade et l'obsidienne. Ils gravaient des images dans la pierre en utilisant une technique appelée sculpture en relief notamment les stèles qui se dressaient souvent au centre de la ville et pouvaient mesurer jusqu'à sept mètres de haut, probablement créées pour accompagner les autels religieux. Les zoomorphes étaient une forme courante de l'art maya ancien, dans lequel des blocs de grès étaient sculptés en forme d'animaux.
Il y a aussi de nombreuses découvertes de statues céramiques, des idoles et des figurines décoratives en argile qui étaient façonnées par des artistes pour enrichir les autels cérémoniels. Elles représentaient généralement des divinités ou des animaux ayant une signification symbolique : la plupart du temps, les vases funéraires illustrent les épisodes mythiques qui ont l'inframonde pour cadre. Certaines images peintes sont à rapprocher de passages du Popol Vuh considéré comme la « Bible » des Mayas. Les riches Mayas s'offraient des statuettes en céramique pour décorer leurs maisons et plus tard leurs tombes.
Enfin il y a les statues sculptées en jade. Le jade était connu par les Mayas comme la pierre de l'éternité, en raison de ses liens avec le surnaturel. C'était une pierre très significative dans la religion maya, en particulier dans ses variations plus vertes, qu’ils associaient à leur dieu du maïs car elles ressemblaient aux feuilles de ce dernier.
La diversité des objets est l’illustration d'une société complexe avec des artistes qui ont leur style propre. Les mayas sont une civilisation fascinante, ils ont laissé à la postérité des centaines de cités révélant une architecture remarquable, une statuaire très avancée et d’une grande perfection technique, des fresques, des œuvres en céramique et en jade d’une incroyable finesse. Ils inventèrent également un système d’écriture complexe, le plus perfectionné de l’Amérique précolombienne. Combinée avec une très riche iconographie, elle détaillait notamment leurs croyances religieuses, leurs rites, leur vie en communauté et leur histoire. L’ensemble de ces chefs-d’œuvre, issus de diverses régions du Mexique et des différentes époques qui jalonnent l’extraordinaire longévité de cette civilisation, nous permettent d’appréhender le legs des Mayas à l’humanité.