Maurice UTRILLO

Maurice UTRILLO

Maurice Valadon, dit Maurice Utrillo (né en 1883 à Paris et mort le 5 novembre 1955 à Dax) est une figure majeure de l’Ecole de Paris. L’artiste est particulièrement connu pour ses représentations du quartier Montparnasse durant les Années Folles.

Fils naturel de Suzanne Valadon (alors modèle pour des peintres de renom tels que Pierre-Auguste Renoir, Henri de Toulouse-Lautrec et Pierre Puvis de Chavannes), Maurice Utrillo est reconnu par le critique d’art espagnol Miguel Utrillo qui l’adopte et lui donne son nom en 1891. Il est élevé par sa grand-mère, blanchisseuse, et grandit dans des conditions précaires à Pierrefitte-sur-Seine (actuelle Seine-Saint-Denis) puis à Montmartre, au 12 rue Cortot, à partir de 1899.

De 1900 à 1921, Maurice Utrillo est hospitalisé plusieurs fois dans des asiles d’aliénés. Il sombre dans l’alcoolisme et connaît plusieurs crises de violence. Sa mère l’initie au dessin à partir de 1902 dans un but thérapeutique. La peinture est alors envisagée comme un exutoire à ses troubles mentaux.

Maurice Utrillo vend sa première toile en 1905 et expose pour la première fois, en 1909, au Salon d’Automne. La même année, le peintre entame sa période blanche. Il peint avec un mélange composé de blanc de zinc, de colle et parfois de plâtre. Il représente des ruelles désertes, les cabarets, les assommoirs (dont le Lapin Agile) ainsi que les différents monuments de la Butte Montmartre.

En 1913, la galerie Eugène Blot (située au 11 rue Richepanse dans le quartier de la Madeleine) organise sa première exposition personnelle. L’artiste y présente 30 tableaux.

Dans les années 1920, Maurice Utrillo est un peintre reconnu. Ses expositions organisées par la galerie Lepoutre en 1919 puis par Paul Guillaume en 1922 sont des succès.

En 1922, Maurice Utrillo entame sa période colorée. Il peint au château de Saint-Bernard (Ain) acheté, en 1923, par sa mère et par André Utter.

En 1924, il expose à la Galerie Bernheim-Jeune (Paris) et obtient un contrat pour un an. En 1925, Serge de Diaghilev lui commande des décors et des costumes pour le spectacle “De Barabau” des Ballets russes. En 1929, il est décoré de la Légion d’honneur par le ministre Édouard Herriot.

En 1935, Maurice Utrillo épouse Lucie Pawels, veuve d’un banquier belge qui collectionnait ses toiles. Il s’installe au Vésinet, d’abord au 27 route de la Plaine puis en 1936 au 18 route des Bouleaux (villa La Bonne Lucie) jusqu’en 1955.

A la fin de sa vie, Maurice Utrillo se confine dans le mutisme. Il meurt en 1955, alors qu’il est en cure à l'hôtel Splendid de Dax avec son épouse. Il est inhumé, dans le petit cimetière Saint-Vincent, face au Lapin Agile.

Très recherchées par les collectionneurs, les œuvres de Maurice Utrillo atteignent souvent des prix importants lors des ventes publiques. À titre d’exemples :

- L’huile sur toile intitulée Le Maquis de Montmartre a été vendue 936 000 euros lors d’une vente aux enchères à New York en 2007.

- Un paravent (1939) - composé de quatre huiles sur toile montées sur panneaux de bois - a été vendu aux enchères 835 540 euros à Paris en 2010.

- L’huile sur toile La Cathédrale de Chartres (Eure-et-Loir) a été adjugée 509 000 dollars à New York en 2013.

- L’huile sur toile Impasse Traînée à Montmartre à trouvé preneur pour à 60 000 euros en 2016 à Paris (Etude Millon).