MAN RAY

MAN RAY

Acteur du dadaïsme à New York, puis du surréalisme à Paris, Man Ray a perfectionné la technique du photogramme de Christian Schad et inventé, aux côtés de la photographe Lee Miller, le procédé dit de solarisation. Man Ray est l’auteur de quelques clichés incontournables du XXe siècle. Il a revisité des procédés anciens, en a inventé d’autres, pour créer des images expérimentales et poétiques. On lui doit par ailleurs les portraits de quelques-uns des plus grands artistes de son temps : Marcel Duchamp, Pablo Picasso, Salvador Dalí, André Breton, Constantin Brancusi, Alberto Giacometti…

Né Emmanuel Radnitsky, Man Ray est originaire de Philadelphie et passe son enfance à New York. La découverte l’art de la galerie du photographe Alfred Stieglitz et de l’Armory Show en 1913 fût pour lui une révélation. Pendant la Grande Guerre, il forme avec Marcel Duchamp le duo Dada de New York et prend le surnom de Man Ray. Ses proches le décrivent d’un tempérament enjoué, jouisseur, insatiable bricoleur. Une fois de retour en France, en 1921, Man Ray entre en contact avec les surréalistes et s’installe à Montparnasse. Il vit de son travail de photographe et devient le portraitiste de l’avant-garde.

Man Ray est un touche-à-tout. Dans les années 1920, il réalise des ready-made mais noue une relation particulière avec la photographie. Il entame de nombreuses expérimentations (collages, double exposition…). En 1921, Man Ray crée ses premiers rayogrammes, en exploitant à son compte la technique ancienne du photogramme. Sans utiliser d’appareil photo, il obtient des vues en négatif d’objets posés sur une plaque photosensible et exposés à la lumière. Il s’agit de réinterpréter différemment les objets du quotidien, de dévoiler leur qualités poétiques ou mystérieuses.

Man Ray a eu plusieurs amours : Kiki de Montparnasse, célèbre modèle des peintres de la bohème qui pose pour le Violon d’Ingres (1924), puis Lee Miller, sa muse, photographe elle aussi, qui l’assiste dans ses expérimentations esthétiques. Ensemble, ils inventent le procédé de la solarisation, qui permet d’obtenir des images aux couleurs inversées en exposant des négatifs en cours de développement à une très forte lumière. Ady Fidelin, une danseuse, entre dans sa vie dans les années 1930.