Luciano VISTOSI

Luciano VISTOSI

Né à Murano en 1931, Luciano Vistosi passe sa jeunesse à travailler aux fours de la verrerie que sa famille détient sur l’île depuis le XVIe siècle. Il y apprend les techniques et les traditions des maîtres artisans verriers puis, lorsque son père décède, en 1952, il fonde avec son oncle (Oreste Vistosi) et son frère (Gino Vistosi) la nouvelle Vetreria Vistosi.

Luciano Vistosi fait alors un choix déterminant pour sa nouvelle Vetreria : réaliser des produits issus des recherches les plus récentes dans le domaine du design. Il travaillera ainsi pour des designers tels que Gae Aulenti, Marco Zanuso, Vico Magistretti, Ettore Sottsass ou Angelo Mangiarotti, principalement pour donner vie à de remarquables lampes en verre. Techniquement complexes à réaliser, les formes issues de la verrerie Vistosi sont novatrices et singulières, et nombres des séries de lampes qu’elle réalise deviennent ainsi iconiques telles les Onfale et leur forme de « champignon » ou les Bissona « coudées ».

Resté seul à la tête de la Vetreria Vistosi après la mort prématurée de son oncle et de son frère, Luciano Vistosi vend la verrerie en 1980. Il continue ensuite à dessiner et rechercher jusqu’à sa mort, et notamment dans le domaine du verre appliquée à l’architecture. C’est ainsi qu’après des années d'études, il dessine en 1985 son projet pour remplacer le "Ponte dell'Accademia" : un pont entièrement en verre. Techniquement irréalisable, ce pont ne verra jamais le jour, même si des maquettes d’autres ponts en verre dessinés par l’artiste furent réalisés avec succès, comme son modèle de près de huit mètres pour le pont destinés aux portes de l'Arsenal de Venise (exposé avec succès à l'Aichi World Expo en 2005).

Mais plus encore que sa carrière d’industriel ou d‘architecte, c’est la carrière artistique de Luciano Vistosi qui interpelle, par sa virtuosité technique mise au service d’une grande audace formelle.
Parallèlement à l’activité de la Vetreria, Vistosi réalise en effet à partir des années 60 d’étonnantes sculptures. Etant gaucher, il commence par réinventer des outils pour travailler à sa main, avant de créer grâce à eux des sculptures aux délicats arrondies et aux formes sinueuses, douces au toucher et où la réfraction de la lumière habille les volumes de nuances sans cesse changeantes. Virtuose du verre, Luciano Vistosi crée tantôt en le soufflant - dans la plus pure tradition verrière de Murano - tantôt en le sculptant à la manière d’une pierre dure. Quand il crée en verre soufflé, il est rapide et décisif car la masse en fusion tend naturellement à tomber par l’action de la gravité. Vistosi dispose alors de seulement quelques minutes pour équilibrer le verre chaud et lui donner les lignes évocatrices qui seront sa forme finale. Quand il sculpte le verre massif, il le cisèle et le lisse comme s'il s'agissait d’un marbre.

Ce sont des créations qui étonnent par leur fragile poésie et l'innovation qu’elles recèlent et c’est en ce sens que certains photographes italiens contemporains de Luciano Vistosi - tels Ugo Mulas, Paolo Monti ou Franco Fontana - les ont interprétés dans leurs images.
Ce dialogue entre sculpture et photographie était d’ailleurs important chez Vistosi lui-même, car il usa parfois de clichés ou de caméras pour rechercher des lignes, des formes, des inspirations nouvelles.
Ainsi, et au grès de ce qui fût une quête permanente d’innovation technique et formelle, Luciano Vistosi s’est imposé comme une figure éminente de l’Art et de la recherche artistique italienne

Un trésor se cache peut-être chez vous...