Gracie Pwerle Morton Ngale

Gracie Pwerle Morton Ngale

Gracie a commencé sa carrière artistique comme la plupart des artistes d’Utopia avec l’introduction de la technique du batik dans les années 1970 avant de se mettre à peindre sur toile à la fin des années 1980. Gracie s’inspire essentiellement de son Rêve de Prune Sauvage, Amwekety. Cette plante revêt une grande importance pour les Aborigènes d’Utopia (les Anmatyerre et les Alyawarre qui vivent dans l’Est du Désert Central). Importance de ce fruit riche en vitamine C pour se nourrir mais aussi importance spirituelle de ce Rêve dont Gracie est l’une des gardiennes. Elle a hérité des droits sur ce Rêve de son père et de sa tante. Elle le peint à la manière des autres artistes du désert, comme une vue aérienne. La couleur du fond de la toile décrit la saison puisque le prunier peut se couvrir de fleurs pendant les mois d’hiver mais change complètement d’aspect entre la saison des pluies et la saison sèche. En utilisant des points très fins elle créée un aspect tridimensionnel. Ce style, proche dans la technique de quelques artistes d’Utopia comme Kathleen Petyarre, la famille Purvis (Kathleen), et surtout Anna Petyarre ou Abie Loy,... prend un aspect très personnel en mettant l’accent sur la structure même du Rêve de Prune Sauvage (juste quelques lignes fondues dans le fond pointilliste). C’est ce style particulier qui a permis à Gracie de se faire un nom à la fin des années 1990. Aujourd’hui ses œuvres sont très souvent exposées dans des expositions importantes, non seulement dans les grandes villes australiennes mais aussi en Europe ou aux USA.
Collections : HaC,..

Un trésor se cache peut-être chez vous...