George CONDO

George CONDO

Georges Condo, né en 1957 à Concord aux États-Unis, est un artiste peintre américain. Il étudie d’abord l’histoire de l’art et la théorie musicale avant d’intégrer la Factory d’Andy Warhol à New York. Dans ce lieu marqué par une forte émulation, il rencontre des personnalités diverses comme l’américain Keith Haring, l’icône jamaïcaine Grace Jones ou encore l’artiste franco-chilien Alejandro Jodorowsky. La fréquentation des artistes Pop comme de la Beat Generation vont fortement influencer sa pratique et la nourrir d’influences diverses.

Georges Condo développe un art au confluent de la figuration et de l’abstraction, puisant tout autant dans les références majeures de l’histoire de l’art telles que l’art traditionnel européen, que dans celles de la culture populaire contemporaine. Il réalise aussi bien des vanités que des natures mortes mais surtout des portraits. Influencé par son parcours en histoire de l’art, Georges Condo produits des portraits fortement influencés par ceux de Pablo Picasso, Francisco de Goya ou encore Édouard Manet, qu’il appelle « portraits imaginaires. »

L’artiste produit des représentations de personnages disloqués à la manière cubiste et particulièrement colorés, se rapprochant ainsi de la Pop culture. La distorsion des images illustre chez lui une exaltation des émotions et une représentation de la subjectivité de l’artiste. Condo réinterprète des images de notre société telles que les cartoons, les soumet à des déstructurations et use de couleurs vives. Il offre, par ses représentations à la fois abstraites et figuratives singulières, une autre image de la réalité contemporaine. Il est aussi fortement influencé par la musique. Il se base notamment sur le principe créateur du jazz : à partir d’un motif précis, réaliste, il improvise et laisse libre cours à son imagination.

Ses sujets s’appuient principalement sur l’imagerie américaine et sont issus du monde de la télévision comme de celui de la publicité. Ses portraits mettent en scène des personnages dans des poses outrées, parfois osées et ambiguës, oscillant entre caricature et réalisme.
Les représentations proposées par Georges Condo, entre fascination et répulsion, interpellent et dérangent. L’artiste offre ainsi une transcription picturale de la réalité, mais, plus encore, une représentation de son ressenti ou de son impression de la réalité contemporaine. Derrière ses figures qui semblent parfois anodines, Georges Condo porte un regard humoristique, ironique et même critique sur la société qui l’entoure.

Georges Condo obtient rapidement la reconnaissance et le succès. Il expose dès les années 1980 dans les plus grands musées de New York comme le Museum of Moderne Art, le Musée Guggenheim ou le Whitney Museum of American Art.
Par la suite, il s’installe en Europe, notamment en France et en Angleterre, et poursuit sa carrière en expérimentant de nouvelles formes, une distorsion toujours plus poussée des figures… Les poses osées de ses sujets, parfois religieux, ont pu choquer l’opinion publique. Après le scandale provoqué par son portrait de la reine d’Angleterre, intitulé Dreams and Nightmares of the Queen, l’artiste doit quitter le pays. Il reste toutefois reconnu à l’international comme une figure majeure de la scène artistique contemporaine. De retour à New York, où il vit et travaille encore aujourd’hui, il effectue de nombreuses collaborations avec des personnalités artistiques diverses. Il collabore notamment en 2010 avec le rappeur Kanye West et réalise les visuels de son album My Beautiful Dark Twisted Fantasy, album qui marque l’histoire de la musique dans les années 2010. L’artiste fédère toujours autant d’admirateurs aujourd’hui, il expose dans les plus grandes institutions artistiques du monde, comme à l’Hayward Gallery de Londres en 2011 ou à la biennale d’art contemporain de Venise en 2019.

Parallèlement, il poursuit ses collaborations avec des artistes divers comme le créateur Raf Simons ou le rappeur Travis Scott.