Demeter Haralamb CHIPARUS

Demeter Haralamb CHIPARUS

Né à Dorohoi en 1886, dans une famille bourgeoise, Chiparus quitte sa Roumanie natale pour l’Italie à l’âge de 23 ans. Il y suit durant 3 ans l’enseignement du sculpteur académique florentin Raffaello Romanelli avant de partir parfaire son art à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, sous la direction notamment des sculpteurs Antonin Mercié et Jean Boucher.
Il se pénètre alors du faste des Années Folles et se spécialise dans la sculpture chryséléphantine.

Du grec chrysós (χρυσός) signifiant « or » et elephántinos (ελεφάντινος) signifiant « ivoire », la sculpture chryséléphantine apparait en Grèce autour du VIe siècle av. J.-C. et se caractérise par l'utilisation d'ivoire (généralement pour représenter la chair) et d'or assemblées sur une armature de bois. La technique et le terme sont repris à l'époque Art Déco pour des statuettes en bronze doré et ivoire, qui sont caractéristique de la période, leur production ayant périclité après la Seconde Guerre mondiale.

En 1914, Chiparus expose pour la première fois à Paris. Ses créations d’alors sont essentiellement des groupes de petites figures, et notamment d’enfants, présentés dans un style plus réaliste qu’Art Déco. Il ouvre son atelier parisien en 1918, après la Guerre, et expose régulièrement dans les Salons, aiguisant en parallèle un style éminemment personnel.

On voit ainsi durant les Années 20 comment les travaux de fouilles menés en Egypte influent sur sa production qui voit apparaître des sculptures inspirées de la Terre des Pharaons. Elles côtoieront l’inspiration que trouve l’artiste dans les ballets russes, la mode des Années Folles ou le théâtre français. Son style distinctif s’exprime dorénavant en de gracieux personnages élancés - essentiellement féminins - aux postures souples et sophistiquées.

Demeter Haralamb Chiparus meurt à Paris le 22 janvier 1947. Parangon du luxe décoratif et de l’esprit des Années Folles, ses sculptures restent reconnaissables entre toutes par le grand détail des costumes et l’ineffable sensation de mouvement qu’inspirent ses personnages dansants.

Un trésor se cache peut-être chez vous...