Clément MASSIER

Clément MASSIER

Arrière-petit-fils de Pierre Massier qui installa la famille à Vallauris sur la Côte d’Azur autour d’un atelier de poterie, Clément Massier sera le leader de la céramique Art Nouveau dans le Sud de la France. Sa riche production céramiste influencera de nombreux artistes, en France comme à l’international.

En 1859, le père de Clément Massier (Jacques) engage l’italien Gaetano Gandolfi, de Bologne, dont le sens artistique et les connaissances techniques l’aideront à faire évoluer la production de l’entreprise familiale. C’est auprès de lui que son Clément et son frère Delphin – alors ouvriers céramistes pour leur père - apprendront la technique si particulière des couvertes irisées aux oxydes métalliques. Plus largement, c’est grâce aux enseignements de Gandolfi que la famille Massier se rendra célèbre pour ses faïences émaillées en une production non plus seulement utilitaire mais aussi artistique.

Au début de sa carrière, dans les années 1860, Clément Massier bénéficia également de l’aide du peintre Henri Bonnefoy et du sculpteur écossais Alexandre Munroe, avant de partir pour un voyage en Italie en 1872 étudier auprès d’autres céramistes transalpins et notamment les glaçures Florentine de l’atelier Cantagalli. Parmi les inspirations de Massier on relèvera aussi les céramiques irisées du hongrois Vilmos Zsolnay ainsi que le rapport entre décor et support de l’Ukiyo-e japonais.

De 1876 à 1880, Clément Massier collabore avec le céramiste Félix-Opta Milet, basé à Sèvres et avec qui il produira des céramiques japonistes exposées à l’Exposition Universelle de Paris en 1878.
Il continue en parallèle à travailler avec son frère Delphin à Vallauris avant que leur rivalité grandissante ne le conduise à établir son propre atelier et sa production indépendante à Golfe-Juan, en 1883. Proche de Cannes et Nice, ce nouvel emplacement permet de cibler un tourisme fortuné tout en bénéficiant de la proximité d'un chemin de fer pour transiter les produits manufacturés. L’année suivante, il employait déjà près de 120 ouvriers et l’entreprise de Golfe-Juan se dote d’un véritable réseau de commerce grâce à la diffusion de catalogues détaillés en France et à l'étranger, couplé avec l’ouverture de points de vente dans la région mais aussi à Paris et jusqu'en Allemagne.

En 1887, Clément Massier engage comme directeur artistique le peintre symboliste français Lucien Levy-Dhurmer. C’est lui qui fera découvrir à Massier les couvertes irisées des céramiques Hispano-mauresques et de style Alhambresque, qu’il collectionne. Deux ans plus tard, en 1889, ils présentent à l’Exposition Universelle une série de céramiques à quatre mains, dont les décors aux riches reflets métalliques leur valent une médaille d'or.

En 1896, Clément Massier est exposé au magasin "l’Art Nouveau" de Sigfried Bing puis participera régulièrement aux Expositions Universelles. C’est l’apogée de sa carrière, durant laquelle il comptera parmi ses clients non moins que la Reine Victoria d’Angleterre, Emile Zola, le Roi de Suède, Georges Sand ou Victor Hugo. À partir de 1905, les ateliers Massier produiront également de la vaisselle de luxe, des articles utilitaires et jusqu’à des éléments d'architecture...
Après sa mort le 14 mars 1917, la propre fille de l’artiste, Jeanne Massier, rééditera les œuvres de son père, entreprise que continuera son fils jusqu'en 1953 en utilisant le tampon "J Massier Vallauris".

Un trésor se cache peut-être chez vous...