Angelica KAUFMANN

Angelica KAUFMANN

L’oeuvre d’Angelika Kaufman fut riche et diversifiée et s’étend sur plus d’un demi-siècle, à travers l’Europe. Elle est originaire de Suisse mais vécut dans les grandes capitales européennes de son temps que sont Rome et Londres pour ensuite travailler dans les cours d’Italie, d’Allemagne et de Russie où elle y fréquenta l’élite intellectuelle de son époque.

Dès l’âge de 12 ans, elle se fait remarquer par les portraits qu’elle effectue. Elle se rend à Rome pour la première fois en 1763 où elle y rencontre le célèbre historien et antiquaire Winckelmann, et où elle peut également admirer l’oeuvre du peintre Anton Raphaël Mengs.

En 1766, elle se rend en Angleterre où, repérée par le prince de Galles, elle devient rapidement le portraitiste de la haute société londonienne. Ses toiles figureront notamment à la première exposition de la nouvelle société d’artistes en 1768.

En parallèle de ses nombreux portraits, elle réalise des projets de décor intérieur pour les appartements de demeures londoniennes édifiées par Robert Adam.

En 1781, mariée au peintre vénitien Antonio Zucchi, elle décide de rentrer en Italie pour s’installer de façon définitive à Rome d’où elle correspondra avec l’Europe entière.

Si ses portraits ont rencontrés un franc succès, il ne faut pour autant pas oublier ses peintures historiques (Bacchus et Ariane, 1764) ou encore ses représentations des pièces de Shakespeare ou des poèmes d’Ossian.

Sur la fin de sa vie, elle centrera ses créations sur des sujets religieux. Elle meurt le 5 novembre 1807.