Nos actualités

Retour à la liste

De Cordoue à Delhi: Les arts de l’Islam et de l’Inde à l’honneur chez Millon

De Cordoue à Delhi: Les arts de l’Islam et de l’Inde à l’honneur chez Millon

 

 

La maison de ventes aux enchères MILLON, leader sur le marché de l’art en Europe, présentera, les 15 et 16 juin 2022, un imposant catalogue de près de 450 objets d’art islamique et indien à destination des fins connaisseurs et des amateurs de livres, manuscrits, peintures, objets d’art et armes.

Cette vente exceptionnelle présente des œuvres qui viennent bouleverser la chronologie des arts du livre, notamment une page de Coran sur vélin datable de la seconde moitié du VIIIe siècle et un Coran de l’Inde des Sultanats en deux volumes de la fin du XVe siècle.

La vente sera articulée en chapitres portant sur un type d’objets, un thème, ou sur une région du monde islamique. La session du mercredi 15 juin couvrira les ouvrages imprimés, la géographie, le pèlerinage à la Mecque, les manuscrits. La session du jeudi 16 juin présentera des objets d’art de la Perse, de l’Inde, de l’Empire ottoman et du Maghreb, ainsi que des armes ottomanes et Indo-persanes et des textiles issus de collections particulières. Les estimations, de 80€ à 200 000€, sauront satisfaire tous les budgets et tous les goûts.

Le catalogue complet de la vente

Au sein des trois magnifiques bibliothèques d’orientalistes érudits offertes au public, de nombreux ouvrages de référence en histoire des arts de l’Islam sont proposés, parmi lesquels Gaston Wiet, Jean Soustiel et Georges Marçais, grands spécialistes dont les écrits font toujours autorité.

Les trois tomes de La Mer Rouge, L’Abyssinie et l’Arabie depuis l’Antiquité d’Albert Kammerer, parus entre 1929 et 1959 dans une monumentale et luxueuse collection, constituent une des premières vues d’ensemble de cette large région allant de l’Egypte à l’Arabie heureuse qui, au début du XXe siècle, restait en dehors de l’histoire générale. La publication de ces trois volumes est également le fruit d’un travail de longue haleine de l’auteur, qui dû faire face aux crises et pénuries ayant agité le monde durant la première moitié du siècle. L’ouvrage, complet et en excellente condition, contient plusieurs centaines de planches, dont de nombreuses en couleur.

Albert Kammerer, La Mer Rouge Le Caire 

1929-1952, 3 tomes Estimation : 3 000/ 4 000 €

Cette rare et complète copie de l’ouvrage fondateur de Ibn al-Mujalir (m. 1291), Chronique d’un observateur,est datée 1035 H./ 1625-26. Le récit, articulé autour des itinéraires routiers qui parcourent l’Arabie du XIIIesiècle, regorge d’anecdotes, de récits légendaires et d’observations sur la région, mais également de précieuses informations sur le commerce, notamment sur les droits de douane, l’organisation topographique des ports et les produits qui y transitent.

La copie du XVIIe siècle offerte à la vente, certainement copiée au Yémen, se distingue par sa grande qualité d’exécution et ses 15 diagrammes illustrant les villes d’Arabie.

 

Chronique d’un observateur

Copié pour Muhammad agha b. Wali al-Maqata’ci Province ottomane du Yémen, 1035 H./ 1625-26 Estimation : 50 000/ 80 000 €

Feuillet d’un monumental coran sur parchemin

 Mésopotamie, seconde moitié du VIIIe siècle Estimation : 200 000/ 300 000 €

Grand trésor des débuts de l’Islam, cette page d’un Coran monumental sur parchemin appartient à un groupe de trois. Issues d’une collection française, elles ont été vendues à Londres en 2015 et 2016 avec une datation du début du IXe siècle. Des recherches récentes en codicologie arabe, ainsi que le recours à la radioactivité (carbone 14), amènent l’expert de la vente, Anne-Sophie Joncoux- Pilorget, à revoir l’attribution anglaise. Ainsi, ce feuillet historique est présenté aujourd’hui comme une réalisation du Proche Orient dans la seconde moitié du VIIIe siècle constituant un jalon essentiel entre le califat omayyade de Damas (661-750) et le califat abbasside de Baghdad (750-1258).

Cette page se distingue également par sa taille monumentale, 42.5 x 58.5 cm. Des centaines d’animaux auront sans doute été nécessaires à la copie de ce manuscrit immense, à compter une bête par page. La majesté de ce manuscrit avait pour vocation l’incarnation physique, sensible et visible de la parole divine révélée, mais également de signaler la supériorité politique du califat par la création d’une œuvre aussi pieuse que luxueuse.

Ainsi, c’est une expérience presque sensorielle, et nous ne pouvons que conseiller de se rendre à l’exposition pour apprécier de visu cet artefact historique.

Le quatrième juz’ d’un coran copié pour le fils du calife An-Nasir (r. 1180-1225) àBagdad en 588 H./ 1192-93 vient s’additionner à d’autres parties du coran passées en vente entre les années 1970 et
2000. Ce manuscrit à la somptueuse graphie “muhhaqaq” est un des derniers produits avant la chute du califat abbasside sous le coup fatal de l’armée mongole. Son enluminure à l’or, d’une grande richesse, constitue l’aboutissement des recherches esthétiques menées par les artistes au service des souverains de Bagdad. Il n’existe, à ce jour, aucun autre coran de cette période troublée faisant référence à un calife.

 

Coran

Bagdad, 588 H./ 1192-93 Estimation : 80 000/ 120 000 €

Cet exceptionnel coran en deux volumes du XVe ou XVIe siècles, écrit en thuluth, rayhân et naskh et agrémenté de quatre double-frontispices enluminés et d’un bandeau unwan sur une sourate, a précédemment été attribué à l’Iran timouride, et en particulier à la ville d’Hérat pour ses décors enluminés à l’or sur un intense fond bleu lapis.Toutefois, des recherches inédites ont montré que ce manuscrit était à rapprocher d’un groupe de volumes produits dans l’Inde des Sultanats. Du fait de l’histoire tumultueuse de l’Inde avant la prise progressive de la dynastie moghole en 1526, ainsi que des conditions climatiques défavorables à la conservation du papier, très peu de corans complets de cette période ont suvécu. Le coran présenté ici constitue donc un fabuleux exemple d’un coran enluminé complet de la fin de l’Inde des Sultanats.

 

Coran en deux volumes

Inde, XVe-XVIe siècles Estimation : 80 000/ 120 000 €

Parmi les manuscrits non coraniques est présenté un exemplaire extrêmement rare de l’ouvrage du grand philosophe iranien Sohravardi, Livre de conduite pour les aspirants soufis écrit en 717 H./ 1317 par son descendant indirect, Ahmad Ibn al-Sohravardi al- Bakri (1256-1340). Ahmad Ibn al-Sohravardi est considéré comme l'un des calligraphes les plus renommés de l'ère ilkhanide. Il copia 33 corans, dont celui en 30 volumes, copié à Bagdad entre 1302 et 1308 et maintenant dispersé. En dehors de ces corans exceptionnels, peu d’oeuvres autographes sont conservées. La qualité intrinsèque de ce manuscrit de 326 pages et de sa reliure plus tardive, ainsi que la filiation directe entre l’auteur et le calligraphe, rendent ce volume tout à fait exceptionnel.

Livre de conduite pour les aspirants soufis

Probablement Bagdad, 717 H./ 1316 Estimation : 150 000/ 200 000 €

La seconde session, le jeudi 16 juin, amène les collectionneurs dans différentes régions du monde islamique.Cette précieuse épée courte, signée par le forgeron ÖmerVehbi, est particulièrement intrigante. En effet, de curieux mécanismes sont insérés dans la poignée et la bouterolle. Au niveau du pommeau, un ressort fait surgir un oiseau reposant sur une fleur dont chaque pétale est gravé de poésie en turc ancien (osmanle), à l’attention du propriétaire. À l'extrémité du fourreau, scuptée en forme de poisson, un système de balance est intégré. Nul ne sait, à ce jour, quel était l’usage de ces mécanismes, faisant de cette épée yatagan un véritable objet de curiosité.

« Que votre fortune soit inébranlable, ô commandant renommé »

Yatagan à système

Turquie, XVIIIe siècle Estimation : 25 000/ 35 000 €

Parmi les objets portatifs est présenté ce charmant coffret de Jérusalem, daté 1117 H./ 1705 et recouvert de nacre sur ses quatre côtés, avec des médaillons en sailli ornés de motifs floraux et architecturaux d’une grande finesse. Ce coffret s’inscrit de plain-pied au sein de l’artisanat sacré de Palestine, dont Jérusalem demeure le plus grand centre de production. La formule inscrite sur le coffret, Mash’Allah indique que celui-ci aurait été produit pour un commanditaire musulman, mais il existe aussi des coffrets à l’iconographie chrétienne, produits par de nombreux artistes aux origines et religions variées.

Coffret de Jérusalem

Empire ottoman, province de Jésusalem, 1117 H./ 1705 Estimation : 20 000/ 30 000 €

 

Un linteau épigraphique du Maroc, daté au carbone 14 de la fin du XVIe siècle, provient de la collection de Georges Gorse (1915-2002). Cet homme politique français, parmi les premiers à avoir répondu à l’appel du 18 juin 1940 alors qu’il vivait au Caire, fut le premier ambassadeur de France en Tunisie indépendante (1957-59), puis le premier ambassadeur de France en Algérie (1963-69). Fin connaisseur de l’Afrique du Nord, il a laissé une collection de pièces d’art, dont ce splendide linteau en cèdre couvert d’une frise épigraphique en graphie koufique fleurie et terminée par des motifs fleuronnés à chaque extrémité. Par sa périssabilité, la décoration architecturale de la période pré- moderne est extrêmement rare, la présence de ce linteau saadien sur le marché parisien est par conséquent un événement.

Linteau épigraphique (détail) Maroc, XVIe-XVIIe siècles Estimation : 12 000/ 18 000 €

 

Chapiteau omeyyade

Ce chapiteau en marbre d’ordre corinthien, provenant de l’Espagne andalouse du Xe siècle, et plus précisément de la ville califale de Madinat al-Zahra. Fondée en 936 par le calife ‘Abd al-Rahman III, elle ne connaîtra qu’une courte vie, étant pillée et ruinée à partir de 1010. Ce chapiteau peut être daté du règne d’Al-Hakam (r. 961-976), par rapprochement avec un autre, conservé dans la collection al-Sabah au Koweït, portant le nom et les titres du calife et l’année 362 H./ 972-3. Le règne du calife Al- Hakam constitue l’apogée de la cité qui comportait alors nombre de palais, jardins, fontaines, en plus des maisons royales et des mosquées. Ce chapiteau constitue le souvenir d’une ville idyllique et d’un âge d’or del’Espagne musulmane.

VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES

Millon et Associés
Sale VV - 3 rue Rossini, 9e arrondissement, Paris

Mercredi 15 juin - lots 1 à 174 - Arts du livre arabe et persan Jeudi 16 juin - lots 175 à 450 - Arts d’Orient et de l’Inde

EXPOSITIONS PUBLIQUES

Millon et Associés
Sale VV - 3 rue Rossini, 9e arrondissement, Paris

Mardi 14 juin - 11h à 19h00 Mercredi 15 juin - 10h45 à 12h15 Jeudi 16 juin - 10h45 à 12h15

CONTACT EXPERTISE

Anne-Sophie Joncoux-Pilorget

Directrice et spécialiste du département Afrique du Nord, Moyen Orient & Inde

asjoncoux@millon.com

+44 (0)6 46 33 83 04

CONTACT PRESSE

Isabelle Imbert

contact@isabelle-imbert.com

 

The Auction House MILLON, leader on the European art market, will present, on the 15th and 16th June 2022, an important catalogue of almost 450 Islamic and Indian artworks for fine conoisseurs and lovers of books, manuscripts, paintings, art objects and arms.
This exceptionnal auction presents masterpieces that come to drastically change the chronology of the arts of the book, especially a Qur’an page on vellum from the second half of the 8th century, and a Qur’an from Sultanate India in two volumes from the end of the 15th century.

The auction will be articulated over two days, each dedicated to an object type, a theme or a region of the Islamic world. The session on Wednesday 15th June will cover printed books, geography, the pilgrimage to Mecca and manuscripts. The sesson on Thursday 16th June will be dedicated to artworks from Persia, India, the Ottoman Empire and the Maghreb, as well as Ottoman and Indo-Persian arms, and textiles from private collections.

Valuations, going from €80 to €200 000, will satisfy all budgets and all tastes.

The full catalogue of the Auction

Among the three magnificent libraries of scholarly orientalists presented to the public, many Islamic Arts History references are offered, including Gaston Wiet, Jean Soustiel and Georges Marçais, great specialists whose writings are still authoritative.

The three volumes of La Mer Rouge, L’Abyssinie et l’Arabie depuis l’Antiquité by Albert Kammerer, published between 1929 and 1959 in a monumental and luxurious collection, constitute one of the first overviews of this large region ranging from Egypt to Arabia Felix which, at the beginning of the 20th century, remained outside general history. The publication of these three volumes is also the fruit of a very long work by the author, who had to face the crises and shortages that shook the world during the first half of the century. The volumes, complete and in excellent condition, contain several hundred plates, including many in color.

Albert Kammerer, La Mer Rouge Cairo

1929-1952, 3 volumes Estimation : 3 000/ 4 000 €

 

This rare and complete copy of the fundamental work of Ibn al-Mujalir (d. 1291), Chronicle of an Observer, is dated 1035 H./ 1625-26. The text, focused on the routes that traversed 13th century Arabia, contains anecdotes, legendary tales and observations of the region, but also valuable information on trade, in particular on customs duties, the topographical organization of ports and the products passing through them.

The 17th century manuscript offered for sale, most likely copied in Yemen, is exceptional for the high quality of its production, visible in its elegant script, as well as the 15 diagrams illustrating the cities of Arabia.

Chronicle of an Observer

Written for Muhammad Agha b. Wali al-Maqata’ci Ottoman province of Yemen, 1035 H./ 1625-26 Estimation : 50 000/ 80 000 €

Page from a monumental Qur’an on vellum

(detail) Mesopotamia, second half of the 8th century Estimation : 200 000/ 300 000 €

Great treasure from the beginnings of Islam, this page from a monumental Qur’an on parchment belongs to a group of three. Coming from a French collection, they were sold in London in 2015 and 2016 with a dating from the beginning of the 9th century. Recent research in Arabic codicology, as well as the use of radioactivity dating (carbon-14), led the auction expert, Anne-Sophie Joncoux- Pilorget, to review the English attribution. Thus, this historical page is presented today as a creation of the Middle-East in the second half of the 8th century, constituting an essential milestone between the Umayyad Caliphate of Damascus (661-750) and the Abbasid Caliphate of Baghdad (750-1258). This page is also exceptional by its monumental size, 42.5 x 58.5 cm. Hundreds of sheeps will most likely have been necessary to copy this immense manuscript, counting one animal per page. The majesty of this manuscript was intended to be the physical, sensitive and visible incarnation of the revealed divine word, but also to embody the political superiority of the caliphate, by creating a work as pious as luxurious.

This page is an almost sensory experience, and we can only recommend going to the exhibition to appreciate this historical artefact firsthand.

 

The fourth juz' of a Qur’an written for the sonof Caliph An-Nasir (r. 1180-1225) in Baghdad in 588 H./1192-93 comes inaddition to other parts of the Qur’an sold between the 1970s and 2000s. This sumptuous manuscript in “muhhaqaq” script is one of the last produced before the fall of the Abbasid Caliphate under the fatal blow of the Mongol army. Its gold illumination, of great luxury, is the culmination of aesthetic
research carried out by artists in the service of the sovereigns of Baghdad. There is, to this day, no other Qur’an from this troubled period that makes reference to a caliph.

Qur’an

Bagdad, 588 H./ 1192-93 Estimation : 80 000/ 120 000 €

This exceptional Qur'an in two volumes from the 15th or 16th centuries, written in thuluth, rayhan and naskh and ornamented with four illuminated double- frontispieces and an unwan header on a surah, has previously been attributed to Timurid Iran, and in particular to the city of Herat for its gold-illuminated decorations on a deep lapis blue background. However, unpublished research has shown that this manuscript is similar to a group of volumes produced in Sultanate India. Due to the tumultuous history of India before the gradual conquest of the Mughal dynasty in 1526, as well as climatic conditions unfavorable to the conservation of paper, very few complete Qur’ans from this period have survived.

The Qur’an in two volumes presented here therefore constitutes a fabulous example of a complete illuminated Qur’an from the end of Sultanate India.

Qur’an in two volumes

India, 15th-16th centuries Estimation : 80 000/ 120 000 €

Among the non-Qur’anic manuscripts is presented an extremely rare copy of the work of the great Iranian philosopher Sohravardi, Book of conduct for Sufi aspirants written in 717 H. / 1317 by his indirect descendant, Ahmad Ibn al-Sohravardi al-Bakri (1256 -1340). Ahmad Ibn al-Sohravardi is considered one of the most renowned calligraphers of the Ilkhanid era. He copied 33 Qur’ans, including one in 30 volumes written in Baghdad between 1302 and 1308 and now dispersed. Apart from these exceptional Qur’ans, few autograph works are preserved.

The intrinsic quality of this 326-page manuscript and its later binding, as well as the direct relationship between the author and the calligrapher, make this volume quite exceptional.

Book of conduct for Sufi aspirants

Probably Baghdad, 717 H./ 1316 Estimation : 150 000/ 200 000 €

The second session, on Thursday 16th June, brings collectors to different parts of the Islamic world. This precious short sword, signed by the blacksmith Ömer
Vehbi, is particularly intriguing. Indeed, curious mechanisms are inserted in the handle and the snap. At the pommel, a spring brings out a bird resting on a flower, each petal of which is engraved with poetry in old Turkish (osmanle), to the attention of the owner. At the end of the sheath, sculpted in the shape of a fish, a balance system is integrated. To this day, no one knows what was the use of these mechanisms, making this yatagan sword a real object of curiosity.

"Let your fortunes be unshakable, O renowned commander"

Yatagan with mechanisms

Turkey, 18th century Estimation : 25 000/ 35 000 €

Among the portable objects is presented this charming casket from Jerusalem, dated 1117 H./ 1705 and covered with mother-of-pearl on its four sides, with projecting medallions decorated with floral and architectural motifs of great finesse.

This casket is an integral part of Palestine’s craftsmanship of religious objects, of which Jerusalem remains the largest production center. The formula inscribed on the box, Mash'Allah points toward a Muslim patron, but boxes with Christian iconography also exist, produced by many artists of various origins and religions.

Casket of Jerusalem

Ottoman Empire, Jerusalem privince, 1117 H./ 1705 Estimation : 20 000/ 30 000 €

Epigraphic lintel (detail) Morocco, 16th-17th centuries Estimation : 12 000/ 18 000 €

An epigraphic lintel from Morocco, dated with carbon-14 from the end of the 16th century, comes from the collection of Georges Gorse (1915-2002). This French politician, among the first to have responded to the call of 18th June 1940 while living in Cairo, was the first French ambassador in independent Tunisia (1957-59), then the first French ambassador in Algeria. (1963-69). A fine connoisseur of North Africa, he left an important collection of artworks, including this splendid cedar lintel covered with an epigraphic frieze in flowery Kufic script and finished with fleuron motifs at each end. Due to its perishability, the architectural decoration from the pre-modern period is extremely rare, the presence of this Saadian lintel on the Parisian market is therefore an exceptional event.

Umayyad capital (detail) Spain, Andalusia, 10th century Estimation : 25 000/ 35 000 €

This Corinthian-type marble capital dates back from Andalusian Spain in the 10th century, and more specifically from the caliphal city of Madinat al-Zahra. Founded in 936 by Caliph 'Abd al-Rahman III, the city will only know a short life, being looted and ruined from 1010 onward. This capital can be linked to the reign of Al-Hakam (r. 961-976) , by comparison with another, preserved in the al-Sabah collection in Kuwait, bearing the name and titles of the caliph and the year 362 H./ 972-3. The reign of Caliph Al-Hakam constitutes the apogee of the city, which then included a number of palaces, gardens, fountains, in addition to royal houses and mosques. This marble capital incarnates the memory of an idyllic city, and Muslim Spain’s golden age.

PUBLIC AUCTION

MILLON
Sale VV - 3 rue Rossini, 9e arrondissement, Paris, France

Wednesday 15th June: Arts of Arabic and Persian Book (lots 1 to 174) Thursday 16th June: Oriental and Indian Arts (lots 175 to 441)

PUBLIC EXHIBITION

MILLON
Sale VV - 3 rue Rossini, 9e arrondissement, Paris, France

Mardi 14 juin - 11h à 19h00 Mercredi 15 juin - 10h45 à 12h15 Jeudi 16 juin - 10h45 à 12h15

EXPERTISE

Anne-Sophie Joncoux-Pilorget

Director and specialist of North Africa, Middle East & India department

asjoncoux@millon.com

+44 (0)6 46 33 83 04

PRESS

Isabelle Imbert

contact@isabelle-imbert.com