Le 3 mai prochain, à l’occasion de sa vente d’Art d’Orient et Orientalisme, le  département Civilisation de la maison MILLON propose aux enchères 335 lots composés de tableaux, de manuscrits, de livres, de bijoux, de céramiques, de mobilier et de textiles ou encore d’instruments astronomiques.

-

Cette vacation s’ouvrira sur un chapitre consacré aux peintres orientalistes. Parmi les œuvres qui retiendront l’attention des collectionneurs notons un tableau signé Etienne DINET (1861-1929), Le vieil écrivain traditionnaliste du désert, estimé 15 000 / 25 000 euros (lot 28). Figure emblématique du mouvement orientaliste, l’homme partagea sa vie entre la France et l’Algérie, pays dont il s’éprend et qui devient sa principale source d’inspiration à travers ses paysages, sa culture, son peuple.

-

La production du peintre russe Alexandre ROUBTZOFF (1884-1949) sera représentée  à travers une vingtaine d’œuvres réalisées entre 1916 et 1934. Artiste voyageur par excellence il quitte sa Russie natale à laquelle il préfèrera la Tunisie, son pays d’adoption. Au cours de ses pérégrinations orientales il parcourt l’Egypte, la Palestine, la Syrie l’Inde, le Turkestan ou encore la Turquie. Des pays qu’il représente tout à tour sur toile ou sur papier. Etudes préparatoires, fusains, aquarelles, huiles sur toile, cette vente met en lumière la diversité d’Alexandre ROUBTZOFF. L’intérêt se portera en particulier sur la lumineuse huile sur toile intitulée, Le Tombeau des Beny Djellab, roi de Touggourt, et estimée 5 000 / 7 000 euros (lot 81)

-

La création contemporaine s’illustrera par le travail de Mohamed BEN ALLAL (1924 -1995), en proposant un ensemble de toiles provenant d’une collection particulière. Artiste marrakchi autodidacte, il découvre la peinture aux côtés de Jacques AZEMA et contribue largement au rayonnement et à la cote de la peinture contemporaine marocaine à travers le monde (lot 95 à 103, estimés entre 300 et 4 000 euros).

Le second volet de cette vente sera consacré aux livres et aux manuscrits. Celui-ci abrite une cinquantaine d’ouvrages dont un remarquable « Livre des Rois » Persan daté de 1612, copié par  Abd al-Rahim al-Katib, calligraphe de renom de la cour de l’empereur moghol Akbar. Composé de 487 feuillets, il est illustré de 12 dessins et peintures attribuables à l’Inde moghole du XVIIème siècle. Ces délicats motifs floraux aquarellés sont à rapprocher de célèbres peintures indiennes dont la plupart sont conservées au sein de prestigieuses collections privées et publiques internationales. Cette pièce rare commandée pour le trésor de Jahangir, quatrième empereur de la dynastie moghole qui régna sur l'Inde du XVIème au XIXème siècle est estimée 50 000 / 60 000 euros (lot 227).

-

Les instruments astronomiques seront magnifiquement représentés. On s’arrêtera sur deux cadrans solaires de calculs, indicateurs de Qibla et munis de boussole, estimés chacun 4 000 / 6 000 euros. Le premier (lot 215) est un cadran  équatorial réalisé sous la dynastie Qajar et signé Sharaf  al-Din ‘Ali, le second (lot 216), fut exécuté sous l’Empire Ottoman, entre la fin du XVIIIème et le début du XIXème siècle.

Un globe céleste Qajar en laiton martelé (lot 217), sera également proposé aux enchères. Cette sphère iranienne réalisée vers 1800 est gravée des cercles de l’équateur, des tropiques, de l’écliptique et des pôles. D’une grande finesse d’exécution, cette pièce, véritable objet d’art est estimée 8 000 / 12 000 euros.